DIRECT. Ukraine : l'opposition appelle à une trêve jusqu'à 18 heures

APTN / REUTERS

Après avoir menacé d'une "offensive", faute de concession du président Viktor Ianoukovitch, l'opposition a appelé, jeudi, à une trêve de quelques heures.

Du répit après une journée de guérilla urbaine en Ukraine ? Les violents affrontements entre manifestants pro-européens et forces de l'ordre ont fait cinq morts et environ 300 blessés, mercredi 22 janvier, à Kiev, après deux mois de manifestations. Après avoir menacé d'une "offensive", faute de concession du président Viktor Ianoukovitch, l'opposition a appelé, jeudi, à une trêve de quelques heures. Francetv info fait le point sur la situation.

L'ultimatum des opposants. En milieu de journée, jeudi, l'ex-boxeur Vitali Klitschko a appelé les deux camps à une trêve, jusqu'à 20 heures, heure locale (19 heures à Paris). "Je reviendrai d'ici 20 heures et vous rendrai compte des négociations", a-t-il promis, avant de rencontrer le pouvoir. La veille, au soir, il avait pourtant annoncé que, "si Ianoukovitch ne [faisait] pas de concessions, demain (jeudi) nous passerons à l'offensive".

Une pause sur le terrain. Dans la foulée de la déclaration de Vitali Klitschko, une pause dans les échauffourées a été observée par des témoins sur place. Depuis mercredi matin, les forces de l'ordre casqués et équipés de boucliers avaient lancé plusieurs assauts contre les barricades dressées dans la rue Grouchevski, où se trouvent le siège du gouvernement et le Parlement.

Des réactions à l'étranger. "Choquée", l'Union européenne a averti, après les heurts de mercredi, qu'elle allait "étudier de possibles actions et les conséquences" pour ses relations avec l'Ukraine, tandis que Washington a annoncé de premières sanctions, en révoquant les visas de responsables ukrainiens impliqués dans les violences. Moscou a pour sa part dénoncé "l'ingérence étrangère" dans les affaires intérieures de l' Ukraine.
Vous êtes à nouveau en ligne