Guerre en Ukraine : le ministère des Affaires étrangères conseille aux Français de passage en Russie ou vivant en Biélorussie de quitter le pays "sans délai"

Ce direct est terminé.

Le Quai d'Orsay a publié plusieurs messages en ce sens, dimanche soir.

Prière de faire ses valises. Dans un message publié dimanche 27 février dans la soirée, le ministère des Affaires étrangères appelle les Français à quitter "sans délai" la Russie"En raison des restrictions croissantes apportées à la circulation aérienne entre la Russie et l’Europe, il est fortement recommandé aux Français de passage en Russie" de quitter le pays, peut-on lire sur le site du Quai d'Orsay. Par ailleurs, les Français vivant en Biélorussie sont priés de quitter le pays "par la route, via les points de passage frontaliers avec la Lituanie, la Pologne ou la Lettonie." Ce direct du dimanche 27 février est désormais terminé.

La Fifa sort de son silence. Jusqu'à présent, la Fifa n'avait pas encore pris la moindre mesure à l'encontre de la Russie. C'est fait : l'instance internationale de football a annoncé, dimanche 27 février dans la soirée, qu'elle bannissait le drapeau et l'hymne russes de ses compétitions. Concrètement, la Russie devra jouer sous bannière neutre (la RFU, Russian Football Union, comme le ROC aux JO), ses matchs à domicile sur terrain neutre. 

Une alerte au tir de missile déclenchée dimanche soir à Kiev. Alors que la capitale ukrainienne est sous couvre-feu jusqu'à demain matin, la mairie a mis en garde ses habitants sur son compte Telegram, dimanche soir, contre une possible frappe de missile.

L'armée russe reconnaît pour la première fois enregistrer des pertes humaines. "Les militaires russes font preuve de courage en exécutant leurs missions de combat (...). Malheureusement, il y a des morts et des blessés. Mais nos pertes sont bien moindres" que dans le camp ukrainien, a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov, sans pour autant donner de chiffres. 

Livraison d'armes à l'Ukraine, fermeture de l'espace aérien, interdiction de médias russes... Dans une nouvelle conférence de presse, dimanche, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé une série de nouvelles sanctions contre la Russie.

 Vladimir Poutine brandit la menace nucléaire. Le président russe a annoncé mettre en alerte la "force de dissuasion" de l'armée russe, qui peut comprendre une composante nucléaire, au quatrième jour de l'invasion de l'Ukraine par Moscou. Le président russe a ordonné "au ministre de la Défense et au chef d'état-major de mettre les forces de dissuasion de l'armée russe en régime spécial d'alerte au combat", a-t-il déclaré lors d'un entretien avec ses chefs militaires retransmis à la télévision. La Maison Blanche a estimé que Vladimir Poutine "fabriqu[ait] des menaces".

La présidence ukrainienne accepte de négocier avec la Russie. Un lieu a peut-être été trouvé pour que Kiev et Moscou engagent des discussions. La présidence de l'Ukraine a annoncé, dimanche, avoir accepté des pourparlers qui se dérouleront à la frontière avec la Biélorussie. "La délégation ukrainienne rencontrera la (délégation) russe sans fixer de conditions préalables sur la frontière ukraino-bélarusse, dans la région de la rivière Pripiat", a déclaré la présidence sur les réseaux sociaux. 

Vous êtes à nouveau en ligne