Guerre en Ukraine : Ursula von der Leyen en Hongrie pour discuter de l'embargo sur le pétrole russe

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le 9 mai 2022 à Strasbourg.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le 9 mai 2022 à Strasbourg. (ABDESSLAM MIRDASS / HANS LUCAS / AFP)

La Hongrie demande à ses partenaires de l'UE des garanties pour ses approvisionnements en pétrole. La présidente de la Commission européenne va discuter du sujet avec le président hongrois Viktor Orban, à Budapest.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se rend, lundi 9 mai, en Hongrie pour discuter avec Viktor Orban de "la sécurité d'approvisionnement énergétique de l'Europe", a annoncé son porte-parole, alors que Budapest bloque un projet d'embargo sur le pétrole russe. Pays enclavé et dépendant de ses achats de pétrole à la Russie, la Hongrie demande à ses partenaires de l'UE des garanties pour ses approvisionnements pour donner son accord à un sixième paquet de sanctions contre la Russie comprenant un arrêt des achats de pétrole à ce pays. Ce direct est désormais terminé.

Emmanuel Macron appelle à ne pas humilier la Russie. Le président français estime que, pour mettre fin à la guerre menée en Ukraine par l'armée russe, la paix devra se construire sans "humilier" la Russie.

Grosse frayeur pour le président du Conseil européen. En visite surprise à Odessa, grande ville du sud de l'Ukraine, Charles Michel a été forcé de s'abriter en raison de frappes de missiles, a rapporté un responsable de l'UE auprès de l'AFP. 

Les justifications de Vladimir Poutine. Dans un discours pour saluer la victoire soviétique contre l'Allemagne nazie, le 9 mai 1945, le président russe a affirmé que son armée combattait en Ukraine pour défendre "la patrie" face à la "menace inacceptable" que représente son voisin soutenu par l'Occident.

L'ambassadeur russe en Pologne aspergé de faux sang. Sergueï Andreev a été aspergé de faux sang alors qu'il allait déposer une gerbe à la mémoire des soldats soviétiques dans un cimetière de Varsovie. Selon le média polonais Polsat, un groupe d'Ukrainiens s'était rassemblé pour dénoncer l'invasion russe.

Vous êtes à nouveau en ligne