Crise Russie-Ukraine : "La Charte des Nations Unies n'est pas un menu à la carte", lance Guterres à Poutine

Le secrétaire général de l\'ONU, Antonio Guterres, lors d\'une conférence de presse à New York (Etats-Unis), le 22 février 2022.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, lors d'une conférence de presse à New York (Etats-Unis), le 22 février 2022. (ANGELA WEISS / AFP)

Le secrétaire général de l'ONU s'est exprimé mardi soir, après la décision de Vladimir Poutine de reconnaître la souveraineté des séparatistes sur l'ensemble des régions de Lougansk et Donetsk.

Alors que la tension continue de monter entre la Russie et les pays occidentaux, mardi 22 février, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a eu des mots durs à propos de Vladimir Poutine. Les principes de "la Charte des Nations Unies ne sont pas un menu à la carte" et la Russie doit "les appliquer tous" à l'égard de l'Ukraine, a estimé le responsable de l'ONU. Il a également réaffirmé que la reconnaissance par Moscou d'une "soi-disant indépendance" de zones séparatistes était "une violation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté de l'Ukraine". Ce direct est désormais terminé. 

 Biden dénonce le début d'une invasion russe en Ukraine. Joe Biden a pris la parole à Washington, en début de soirée, mardi 22 février. Le président américain, selon qui il s'agit du "début d'une invasion russe" en Ukraine, a annoncé de nouvelles sanctions contre Moscou. Ces dernières visent "les élites russes" et "coupent la Russie des financements occidentaux". Il a également annoncé un renforcement de la présence militaire américaine dans les pays baltes.

 L'Union européenne réplique à la Russie. Un premier paquet de sanctions a été adopté "à l'unanimité" face au président russe, ont expliqué vers 18h30 Jean-Yves Le Drian et Josep Borrell. "Si la Russie continue d'escalader cette crise, qu'elle a créée, nous sommes prêts à prendre d'autres mesures", a ensuite déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. "Vingt-sept individus et entités russes" ont notamment été ciblés, comme l'ensemble des 351 députés russes. "La crainte que nous avons, c'est que Vladimir Poutine ne s'arrête pas là", a ensuite affirmé Jean-Yves Le Drian sur France 2.

 Poutine enterre les accords de Minsk. Les accords de Minsk "n'existent plus". Lors d'une conférence de presse, le président russe Vladimir Poutine a reconnu la souveraineté des séparatistes prorusses sur l'ensemble des régions de Lougansk et Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, mardi. Il a confirmé que la Russie allait "fournir une assistance militaire" aux deux territoires, tout en précisant que cette annonce n'impliquait pas l'envoi de troupes russes en Ukraine dans l'immédiat. Plus tôt dans la journée, le Sénat russe avait ouvert la voie à l'envoi de soldats sur demande de Vladimir Poutine.

L'Allemagne "suspend" l'autorisation du gazoduc Nord Stream 2. Le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé mardi qu'il suspendait l'autorisation du gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne. Il a ajouté que "d'autres sanctions" européennes allaient suivre et que le pays allait étudier d'autres manières de garantir ses approvisionnements en énergie.

Vous êtes à nouveau en ligne