Ukraine : Emmanuel Macron va s'entretenir dimanche avec Vladimir Poutine pour tenter "d'éviter le pire"

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le 7 février 2022 à Moscou (Russie).
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le 7 février 2022 à Moscou (Russie). (EYEPRESS NEWS)

"La Russie est assurément en mesure, sans autre forme d'avertissement, d'attaquer" l'Ukraine, avait plus tôt déclaré Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan.

Le président français Emmanuel Macron va s'entretenir dimanche par téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine et samedi avec l'Ukrainien Volodymyr Zelensky, pour tenter "encore d'éviter le pire" en Ukraine, a déclaré vendredi 18 février au soir l'Elysée. Il faut "tout tenter, tout faire pour que le pire n'arrive pas", a martelé la présidence française, en évoquant un "risque d'une invasion russe du territoire ukrainien sous le contrôle du gouvernement" de Kiev, et pas seulement des territoires séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine. Ce direct est désormais terminé.

Biden "convaincu" de l'imminence d'une attaque. Joe Biden s'est dit "convaincu" que le président russe Vladimir Poutine avait "pris la décision" d'envahir l'Ukraine. Tant qu'une invasion ne s'est pas produite, "la diplomatie est toujours une possibilité", a-t-il ajouté, soulignant que le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken devait rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov jeudi en Europe. 

 L'Otan dénonce la "plus grande" concentration militaire russe depuis la Guerre froide. L'Europe est confrontée avec la présence, selon les Occidentaux, d'environ 150 000 soldats russes près de la frontière ukrainienne, à "la plus grande concentration de troupes militaire" depuis la guerre froide, a estimé vendredi 18 février au soir le secrétaire général de l'Otan. C'est "beaucoup plus que des manœuvres" et "la Russie est assurément en mesure, sans autre forme d'avertissement, d'attaquer" l'Ukraine, a déclaré Jens Stoltenberg à la chaîne de télévision allemande ZDF. 

Poutine constate "l'aggravation de la situation" dans l'est de l'Ukraine. Le président russe affirme constater une dégradation de la situation dans l'est de l'Ukraine en guerre, où Kiev et les séparatistes pro-russes s'accusent mutuellement d'un regain de violence. Il a de nouveau accusé l'Ukraine de refuser de mettre en œuvre le plan de paix issu des accords de Minsk de 2015. "Tout ce que Kiev a à faire, c'est de se mettre à la table des négociations avec les représentants [des séparatistes pro-russes] du Donbass et de s'entendre sur des mesures politiques, militaires et humanitaires pour mettre fin au conflit", a-t-il assuré. 

 Des manœuvres et des tirs des forces stratégiques russes samedi. Le Kremlin a annoncé qu'il allait mener samedi des manœuvres de ses forces stratégiques sous la supervision de Vladimir Poutine, notamment avec des tirs de missiles balistiques et de croisière, en pleine crise avec les OccidentauxCes manœuvres visent, selon le ministère de la Défense russe, à "tester l'état de préparation" des forces impliquées et la "fiabilité des armes stratégiques nucléaires et non nucléaires"

Vous êtes à nouveau en ligne