DIRECT. Crimée : pour l'Otan, c'est la "plus grave" menace pour la stabilité de l'Europe depuis la Guerre froide

Un militaire ukrainien monte la garde à un point de contrôle à l\'extérieur du village de Tchongar, dans la région de Kherson proche de la Crimée, le 19 Mars 2014.
Un militaire ukrainien monte la garde à un point de contrôle à l'extérieur du village de Tchongar, dans la région de Kherson proche de la Crimée, le 19 Mars 2014. (VALENTYN OGIRENKO / REUTERS)

Au lendemain de la mort d'un soldat ukrainien en Crimée, un commando de civils a pris d'assaut la plus importante base navale de l'Ukraine.

Kiev a lancé un ultimatum mercredi 19 mars. Le nouveau pouvoir en Ukraine avait fixé à 20h30 l'heure limite pour libérer le commandant de la marine ukrainienne, retenu à Sébastopol, en Crimée. Il est retenu par des civils appartenant à des groupes "d'auto-défense" principalement constitués de volontaires qui soutiennent le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie. Ces derniers ont pénétré dans un bâtiment du quartier général de la marine ukrainienne, a indiqué un porte-parole de la marine ukrainienne, précisant qu'aucune violence n'avait été commise.

 Le rattachement de la Crimée à la Russie constitue la "plus grave" menace pour la stabilité de l'Europe depuis la Guerre froide, affirme mercredi le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen. Pour lui, "cela constitue un signal d'alarme pour la communauté euro-atlantique, pour l'Otan et pour tous ceux qui sont engagés dans la défense d'une Europe entière, libre et en paix".

Le ministre de la Défense ukrainien voulait se rendre en Crimée pour "résoudre la situation". Mais le premier ministre criméen s'y est opposé.

Ces incidents interviennent au lendemain de la mort d'un soldat ukrainien à Simferopol. Le Premier ministre ukrainien a considéré que le conflit est "entré dans une phase militaire".

Quelques heures plus tôt, le président russe Vladimir Poutine a signé le traité rattachant la Crimée à la Russie. Une décision condamné par l'Union européenne et les Etats-Unis qui menacent Moscou de nouvelles sanctions.

Vous êtes à nouveau en ligne