Comment est-il arrivé en Russie ? Ianoukovitch garde le mystère

Viktor Ianoukovitch, l\'ex-président ukrainien, lors de sa conférence de presse à Rostov-sur-le-Don (Russie), le 28 février 2014.
Viktor Ianoukovitch, l'ex-président ukrainien, lors de sa conférence de presse à Rostov-sur-le-Don (Russie), le 28 février 2014. (ANDREY KRONBERG / AFP)

Lors d'une conférence de presse à Rostov-sur-le-Don (Russie), le président ukrainien déchu a raconté quelques unes de ses péripéties, après son départ de Kiev (Ukraine), le 21 février.

Mais comment est-il arrivé en Russie ? A en croire le président ukrainien déchu Viktor Ianoukovitch, ses dernières pérégrinations ont été pour le moins rocambolesques, après son départ de Kiev (Ukraine), le 21 février. "Des officiers patriotes m'ont sauvé la vie", a-t-il précisé lors d'une conférence de presse à Rostov-sur-le-Don (Russie), vendredi 28 février.

"Je ne me suis enfui nulle part. J'ai décidé de quitter Kiev pour Kharkov", la deuxième ville d'Ukraine, située dans l'est du pays. Il affirme ensuite avoir été attaqué. "En route, ma voiture a été la cible de tirs d'armes automatiques. La voiture qui m'accompagnait a été touchée quasiment de tous les côtés." Toujours selon son récit, le président déchu a ensuite été averti de la présence de "groupes extrémistes" mais précise qu'il n'a "pas éprouvé de peur". Il a alors décidé de se rendre à Lougansk, une ville située tout près de la frontière russe.

Demi-tour en hélico et voiture vers la Crimée

"Nous sommes partis avec deux hélicoptères, mais le contrôle aérien de l'armée nous a dit que si nous ne changions pas de direction – on leur avait dit que nous nous dirigions vers la Russie – on nous enverrait des avions de chasse." Les pilotes ont donc reçu l'ordre de faire demi-tour, pour atterrir à Donetsk. Et là, rebelote, "j'ai traversé tout le pays en voiture pour me rendre en Crimée".

Il n'a livré aucun détail sur la manière dont il avait passé la frontière russe. "Maintenant, je me trouve à Rostov-sur-le-Don, parce que pas loin d'ici, j'ai un vieil ami. Je suis venu chez lui pour qu'il m'héberge un certain temps." Tout en précisant qu'il rentrerait en Ukraine "dès que les conditions seront réunies pour ma sécurité et celle de ma famille".

Vous êtes à nouveau en ligne