Les trois membres présumés de l'ETA interpellés dimanche en Basse-Normandie ont été mis en examen et écroués jeudi soir

L'un d'eux est Ibon Gogeascoechea Arronategui, 54 ans, que Madrid présente comme "le chef militaire" et "plus haut responsable" actuel du mouvement séparatiste basque. Les deux autres hommes interpellés "faisaient partie d'un commando prêt à entrer en Espagne", selon le gouvernement espagnol.Ils ont été arrêtés dimanche dans le village de Cahan.

L'un d'eux est Ibon Gogeascoechea Arronategui, 54 ans, que Madrid présente comme "le chef militaire" et "plus haut responsable" actuel du mouvement séparatiste basque. Les deux autres hommes interpellés "faisaient partie d'un commando prêt à entrer en Espagne", selon le gouvernement espagnol.

Ils ont été arrêtés dimanche dans le village de Cahan.

Après leur garde à vue, ils ont été déférés au parquet jeudi matin au parquet antiterroriste qui a ouvert une information judiciaire.

Les trois hommes ont été interpellés dimanche matin dans le petit village de Cahan, dans l'Orne, en Basse-Normandie, alors qu'ils se trouvaient dans un gîte rural. Ils avaient été "logés" après que les policiers avaient repéré une voiture volée non loin du gîte. Deux pistolets et un revolver, des faux documents, une petite quantité d'explosifs, de l'argent et du matériel informatique ont été retrouvés dans le gîte lors de l'opération menée conjointement par la police française et de la garde civile espagnole.

Selon le ministère espagnol de l'Intérieur, les trois hommes étaient réunis alors que les deux compagnons d'Ibon Gogeascoechea Arronategui "venaient dire au revoir au chef militaire qui leur donnait ses dernières instructions, comme l'ETA a l'habitude de le faire", avant de rentrer en Espagne, peut-être pour y commettre un enlèvement.

L'un des compagnons d'Arronategui, Beinat Aguinalde Ugartemendia, 26 ans, est l'auteur présumé de deux assassinats revendiqués par l'ETA, celui d'Isaias Carrasco, ex-élu socialiste tué par balles quelques jours avant les élections législatives de mars 2008, et celui d'Ignacio Uria Mendizabal, entrepreneur basque assassiné par balles en décembre 2008.

Le second compagnon, Gregorio Jimenez Morales, 55 ans, faisait partie d'un commando de l'organisation chargé de "transporter du matériel" pour commettre des attentats. Ce commando est accusé d'avoir transporté des missiles pour tenter d'assassiner en 2001 le chef du gouvernement espagnol de l'époque, José Maria Aznar, selon le communiqué.

C'est une opération "très importante" qui a frappé à nouveau l'ETA après les arrestations en France en novembre 2008 de Garikoitz Aspiazu, "Txeroki", précédent chef militaire, et de ses successeurs Aitzol Iriondo en décembre 2008, et Jurdan Martitegui en avril 2009.

L'ETA, considérée comme une organisation terroriste par l'UE et les Etats-Unis, est jugée responsable de la mort de 828 personnes en plus de 40 ans de violences pour obtenir l'indépendance du Pays basque. De nombreux membres de l'organisation séparatiste, notamment des responsables de son appareil militaire, ont été interpellés ces dernières années en France.

Vous êtes à nouveau en ligne