Les socialistes espagnols pourraient avancer à novembre les législatives prévues pour mars 2013

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero (22 mai 2011)
Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero (22 mai 2011) (AFP / Javier Soriano)

De hauts responsables du PSOE et des membres du gouvernement de José Luis Zapatero travaillent sur ce scénario, selon des sources socialistes citées par El Pais et El Mundo.La décision finale d'organiser des élections anticipées reviendra au chef du gouvernement, affirme le second quotidien.

De hauts responsables du PSOE et des membres du gouvernement de José Luis Zapatero travaillent sur ce scénario, selon des sources socialistes citées par El Pais et El Mundo.

La décision finale d'organiser des élections anticipées reviendra au chef du gouvernement, affirme le second quotidien.

"Si la situation continue à être extraordinairement compliquée, il serait peut être opportun d'avancer les élections", a réagi lundi matin dans El Mundo José Maria Barreda, président sortant de la région de Castille-La-Manche (centre), considéré comme l'un des barons du PSOE. Il faisait allusion à la crise économique et à l'instabilité politique.

José Luis Zapatero répète depuis plusieurs mois qu'il n'envisage pas d'avancer les élection et qu'il entend achever les réformes en cours, malgré les demandes réitérées de l'opposition conservatrice du Parti populaire (PP). Celle-ci est renforcée par une victoire écrasante aux élections locales du 22 mai.

"Rien n'a changé, l'idée est de terminer la législature afin de mener à bien les réformes en cours", a assuré lundi une source gouvernementale en réaffirmant que "les élections étaient prévues pour mars 2012".

Mais, selon El Pais, "l'évolution de la crise économique", particulièrement sévère en Espagne, "la stabilité parlementaire, le climat social ou l'effritement du soutien populaire à M. Zapatero" pourraient finalement en décider autrement, selon El Pais.

Les socialistes ne disposent que d'une majorité relative au Parlement. Or, ils pourraient avoir du mal à s'assurer les soutiens parlementaires suffisants pour adopter le budget 2012, en perdant notamment l'appui des nationalistes basques du PNV, et préfèreraient éviter cela en avançant la date des élections.

Si elle devait avoir lieu, l'annonce d'élections anticipées pourrait intervenir en septembre. Jusque-là, José Luis Zapatero continuera à affirmer qu'il compte terminer la législature comme prévu, assure El Pais.

Vous êtes à nouveau en ligne