Les archéologues ont découvert les vestiges d'une structure cérémonielle à moins d'un kilomètre du cercle principal

Le site mégalithique anglais de Stonehenge.
Le site mégalithique anglais de Stonehenge. (AFP/CARL DE SOUZA/FILES)

Pour le professeur Vince Gaffney,de l'université de Birmingham, qui travaillait à la cartographie du site mégalithique dans le sud de l'Angleterre, cette découverte "remarquable, change complètement notre conception" du lieu.Stonehenge, classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1986 est un des alignements de menhirs les plus importants au monde.

Pour le professeur Vince Gaffney,de l'université de Birmingham, qui travaillait à la cartographie du site mégalithique dans le sud de l'Angleterre, cette découverte "remarquable, change complètement notre conception" du lieu.

Stonehenge, classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1986 est un des alignements de menhirs les plus importants au monde.

Lors de leur travaux, les archéologues de plusieurs pays européens ont découverts un fossé circulaire muni de deux entrées opposés nord-est/sud-ouest, qui pourrait avoir supporté une structure en bois. Soit une sorte de Stonehenge en bois, et non de pierres.

Jusqu'à maintenant, l'hypothèse la plus courante était que les 17 blocs de grès du site, pouvant peser jusqu'à 45 tonnes, et surmontés de six linteaux alignés en direction du lever du soleil lors du solstice d'été, était un observatoire préhistorique ou un temple dédié au soleil.

Selon des études récentes, il pourrait également s'agir d'un lieu de pélerinage révéré pour les propriétés thérapeutiques des ses stèles (entre 2400 et 2200 avant Jésus Christ).

Pour Vince Gaffney, la découverte actuelle montre "qu'on a un monument cérémoniel majeur à moins d'un kilomètre du cercle principal".

Aujourd'hui, sur la plaine d'herbe grasse de Salisbury, seuls 40% du site du Néolithique subsiste. Mais la majesté des menhirs restants attire près d'un million de visiteurs par an.