Le Royaume-Uni va aider financièrement la France à gérer les migrants de Calais

Des policiers français parlent avec des migrants à Calais (Pas-de-Calais), le 5 août 2014.
Des policiers français parlent avec des migrants à Calais (Pas-de-Calais), le 5 août 2014. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Paris réclamait depuis longtemps une aide à Londres, estimant que ses efforts pour empêcher les migrants de passer outre-Manche étaient dans l'intérêt des deux pays.

Le Royaume-Uni va aider financièrement la France à gérer les migrants qui s'entassent à Calais (Pas-de-Calais) dans l'espoir de traverser clandestinement la Manche. Les deux pays ont conclu un accord, samedi 20 septembre, sur la "gestion de la pression migratoire".

Cet accord, conclu après "trois semaines de négociations" entre le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue britannique Theresa May, prévoit la création d'un "fonds commun", "alimenté par une contribution britannique de cinq millions d'euros par an pendant trois ans, soit 15 millions d'euros au total", selon le gouvernement français, qui ne précise pas à ce stade son propre apport.

Une coopération policière renforcée entre les deux pays

"Ce fonds financera des actions destinées à sécuriser le port de Calais", dont l'agencement sera "modifié pour améliorer les contrôles et fluidifier le trafic", et à "protéger les personnes vulnérables", selon le communiqué de la Place Beauvau. La coopération policière contre les filières de passeurs sera aussi "renforcée" avec des échanges de policiers.

Paris réclamait depuis longtemps une aide à Londres, estimant que ses efforts pour empêcher les migrants de passer outre-Manche étaient dans l'intérêt des deux pays. Mais jusqu'ici, le soutien proposé côté britannique avait surtout agacé les Calaisiens, à l'instar de la proposition de donner à la ville les barrières de sécurité utilisées lors du dernier sommet de l'Otan au Pays de Galles pour remplacer celles qui sont jugées "trop faciles à escalader".

Des clandestins qui veulent monter dans des camions par la force

Quelque 1 400 à 1 500 clandestins, selon les autorités françaises, principalement originaires du Soudan et d'Érythrée, se trouvent actuellement à Calais et dans les environs avec l'espoir d'aller demander l'asile en Grande-Bretagne.

Des tentatives d'intrusions massives ont régulièrement lieu, les migrants tentant de monter par la force dans des camions pour rejoindre l'Angleterre. Début août, de violentes rixes ont opposé des migrants d'Afrique de l'Est tentant de passer en Angleterre.