Le Premier ministre portugais annonce de nouvelles coupes budgétaires

(Hugo Correia Reuters)

Le gouvernement portugais vient d'annoncer une nouvelle cure d'austérité. Le Premier ministre, Pedro Passos Coelho a dévoilé les mesures ce vendredi soir. Il s'agit de réduire les dépenses publiques de façon permanente pour satisfaire les exigences des créanciers internationaux.

Dans un discours à la nation, le Premier ministre portugais,
Pedro Passos Coelho, a dévoilé de nouvelles mesures d'austérité. Elles vont
principalement toucher les fonctionnaires. Cette réduction des dépenses
intervient deux ans après l'adoption d'un premier programme de rigueur et de
réformes en échange d'un prêt de 78 milliards de dollars. Cette fois ci, le Portugal
entend obtenir une nouvelle tranche d'aide de deux milliards d'euros octroyés
par la "troïka" UE-BCE-FMI.

Concrètement, le chef du gouvernement de centre-droit a
annoncé le report de l'âge légal de départ à la retraite  à taux plein de 65 à 66 ans. Il entend
également mettre en place une contribution spéciale sur les pensions de
retraite même si les plus modestes seront épargnées.

Le temps de travail des fonctionnaires allongé

Le Premier ministre a également affirmé sa volonté
d'allonger le temps de travail des fonctionnaires qui, en passant de 35 à 40
heures, s'alignera sur le secteur privé. Le gouvernement table aussi sur le
départ de 30.000 fonctionnaires dans le pays qui en compte près de 700.000.

Le Premier ministre a
par ailleurs assuré qu'il n'augmenterait pas davantage les impôts afin de ne
pas "compromettre les perspectives de récupération économique, de l'emploi
et de l'investissement".

Les plans d'austérité
successifs adoptés jusqu'ici ont plongé l'économie portugaise dans la récession
et poussé le chômage à des taux record (il pourrait atteindre les 18% cette
année), suscitant un fort mécontentement populaire et un isolement croissant de
la coalition au pouvoir depuis deux ans.

 

Vous êtes à nouveau en ligne