Le Parlement européen de Strasbourg en route pour Bruxelles ?

Des eurodéputés arrivent au Parlement européen, à Strasbourg, pour une session, le 10 septembre 2012.
Des eurodéputés arrivent au Parlement européen, à Strasbourg, pour une session, le 10 septembre 2012. (VINCENT KESSLER / REUTERS)

Alors qu'ils siègent en France, des députés européens ont fait adopter un rapport pour que leur assemblée soit localisée en Belgique, où ils travaillent la plupart du temps. 

Les députés européens qui veulent siéger à Bruxelles plutôt qu'à Strasbourg ont remporté une première bataille, mercredi 20 novembre. Ces "anti-Strasbourg" ont fait massivement adopter en plénière un rapport affirmant le droit du Parlement à décider lui-même du lieu où il travaille.

483 eurodéputés sur 766 au total et 658 présents ont approuvé ce texte, qui proclame que le Parlement européen "serait plus efficace, plus rationnel au niveau des coûts et plus respectueux de l'environnement s'il siégeait en un seul lieu". Seuls 141 élus ont voté contre.

Une procédure vouée à l'échec

"Notre cirque des allers-retours entre Bruxelles et Strasbourg est devenu source de ridicule à travers l'UE", a martelé l'un des auteurs du texte, le conservateur britannique Ashley Fox. Car si le Parlement européen a son siège en France, dans les faits, seuls 12 sessions plénières de quatre jours y ont lieu chaque année. Le reste du temps, les élus travaillent à Bruxelles, au sein de commissions ou de leurs groupes politiques. Selon lui, la transhumance entre les deux villes, distantes de 435 km, de milliers d'élus, fonctionnaires, journalistes et autres traducteurs coûte chaque année 150 millions d'euros et engendre l'émission de 19 000 tonnes de CO2.

Jusqu'à présent, toutes les tentatives des anti-Strasbourg se sont heurtées à un obstacle juridique : la localisation du Parlement européen à Strasbourg est inscrit dans les traités européens. Modifier ce statut supposerait en principe une unanimité des Etats membres. Une procédure complexe, et vouée à l'échec du fait de l'opposition de la France. 

Vous êtes à nouveau en ligne