Le pardon d'Elizabeth II à Turing, mathématicien et décodeur d'"Enigma"

(Brian Harris/Rex Feat REX/SIPA)

La reine d'Angleterre a accordé mardi un pardon posthume au mathématicien de génie Alan Turing, célèbre pour avoir décodé lors de la Seconde Guerre mondiale le code "Enigma" utilisé par les sous-marins allemands. Il s'est suicidé en 1954, car condamné en raison de son homosexualité, alors interdite en Grande-Bretagne. Le pardon royal est un événement rarissime.

"Un homme exceptionnel à l'esprit brillant ", c'est ainsi que le ministre de la Justice britannique Chris Grayling a rendu hommage mardi à Alan Turing. Le mathématicien de génie s'est vu accorder le pardon royal de la reine Elizabeth II, 59 ans après sa condamnation pour "outrage aux bonnes moeurs" en raison de son homosexualité, restée interdite en Grande-Bretagne jusqu'en 1967.

Alan Turing est resté dans l'histoire comme l'homme qui a mis au point la machine électromécanique ayant servi à "casser" le code "Enigma" utilisé par les sous-marins allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette invention avait donné un avantage considérable aux Alliés face à l'Allemagne nazie.

Seuls quatre pardons royaux accordés

Le génie des mathématiques était par la suite tombé en disgrâce ; condamné pour homosexualité, il avait subi une castration chimique avant de se suicider, en 1954. Une condamnation qui "serait désormais considérée comme injuste et discriminatoire " selon le ministre de la Justice qui a publié mardi un communiqué.

Le pardon royal est une procédure extrêmement rare en Grande-Bretagne. Seuls quatre pardons ont été accordés depuis 1945. En 2009 déjà, le Premier ministre de l'époque Gordon Brown avait présenté les excuses publiques de son gouvernement, pour le "traitement écoeurant " réservé à Alan Turing.

Vous êtes à nouveau en ligne