Lampedusa : des funérailles nationales pour les victimes

(Antonio Patrinello Reuters)

Le président de la Commission européenne et le chef du gouvernement italien sont arrivés mercredi matin à Lampedusa, où plusieurs centaines de migrants ont trouvé la mort la semaine dernière après un naufrage. Enrico Letta a annoncé des "funérailles nationales" pour les 300 à 390 victimes. José Manuel Barroso a, de son côté, annoncé une enveloppe de 30 millions d'euros pour "aider les réfugiés en Italie".

Les 300 à 390 migrants victimes du naufrage de leur embarcation la semaine dernière au large de l'île italienne de Lampedusa auront le droit à des "funérailles nationales", a annoncé le chef du gouvernement italien ce mercredi après s'être recueilli devant les 289 corps de migrants repêchés en mer ces derniers jours.

"On n'a pas les moyens "

Enrico Letta est arrivé un peu plus tôt sur l'île en compagnie de José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne. Une arrivée sous les huées d'une vingtaine d'habitants. "Assassin ! Honte ! " Le comité d'accueil dénonce le manque de moyens accordés par Rome et Bruxelles
pour l'accueil des migrants sur place.

"C'est insoutenable. Au centre d'accueil, les conditions sont inacceptables, c'est un honte, il y a tant d'enfants. On essaie d'aider mais on n'a pas les moyens ", a lancé une habitante venue protester contre cette visite officielle. Les pêcheurs de l'île ont également prévu de se faire entendre en faisant sonner les sirènes de leurs bateaux.

"30 millions d'euros pour les réfugiés en italie "

En signe d'apaisement, le président de la Commission européenne et le chef du gouvernement italien se sont rendus derrière les grilles du seul centre de rétention de l'île où s'entasse un milliers de migrants.

José Manuel Barroso a assuré que "l'Europe est avec les habitants de Lampedusa. Le problème de l'un de nos pays, comme l'Italie, doit être perçu comme un problème de toute l'Europe. Elle ne peut pas détourner la tête ". 

Infographie animée ►►► Quelles sont les routes de l'immigration en Europe

Concrétement, le président de la Commission européenne annonce une enveloppe supplémentaire de 30 millions d'euros cette année "pour aider les réfugiés en Italie ".

La Commission européenne a également demandé mardi aux Etats membres de
fournir plus de navires, d'avions et d'argent pour Frontex, l'agence européenne
chargée du contrôle des frontières. Pendant ce temps-là, les plongeurs italiens
continuent les recherches des corps des victimes du naufrage de la semaine
dernière qui aurait fait entre 300 et 390 morts.

A lire aussi ►►► Le drame de Lampedusa servira-t-il d'alerte à l'UE ?

Vous êtes à nouveau en ligne