La police britannique relance l'enquête sur la mort de Diana

L\'épave de ma Mercédes dans laquelle se trouvaient Lady Diana et Dodi al-Fayed, dans la nuit du 30 au 31 août 1997, lorsqu\'elle a percut&é un pilier du pont de l\'Alma, à Paris.
L'épave de ma Mercédes dans laquelle se trouvaient Lady Diana et Dodi al-Fayed, dans la nuit du 30 au 31 août 1997, lorsqu'elle a percut&é un pilier du pont de l'Alma, à Paris. (PIERRE BOUSSEL / AFP)

Les enquêteurs étudieraient une information selon laquelle un soldat britannique serait impliqué dans l'accident fatal de la princesse, à Paris, en août 1997.

 La thèse du meurtre refait-elle surface ? La police britannique a affirmé, samedi 17 août, étudier une nouvelle information sur la mort de la princesse Diana, de Dodi al-Fayed et de leur chauffeur, dans un accident de voiture, à Paris, en août 1997. La Metropolitan Police de Londres n'a pas donné plus de détails. C'est la chaîne Sky News (en anglais), qui assure qu'elle émane de la famille d'un ancien soldat. Sky News croit savoir que ce nouvel élément implique la responsabilité d'un membre de l'armée britannique.

Dans un communiqué, la police a dit vérifier "la pertinence et la crédibilité" de l'information. Elle a ajouté qu'il ne s'agissait pas d'une nouvelle enquête et que ce nouvel élément n'entrait pas dans le cadre de l'Opération Paget, référence à une enquête menée par l'ancien chef de la Met, John Stevens. En décembre 2006, John Stevens avait conclu que rien n'étayait l'hypothèse d'un meurtre.

Le père de Dodi, le milliardaire Mohamed al Fayed, a longtemps affirmé que le couple avait été tué sur ordre de l'establishment britannique. Mais les différentes enquêtes ont montré que chauffeur de la Mercedes accidentée, Henri Paul, avait trop bu et roulait trop vite, et que la conduite imprudente des paparazzi, avaient poussé la voiture de la princesse de Galles et Dodi al-Fayed contre un pilier du tunnel du pont de l'Alma. 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne