La police évacue un camp de militants anti-Poutine à Moscou

Les policiers russes évacuent les militants anti-poutine du parc Tchistye Proudy, le 16 mai 2012, à Moscou (Russie).
Les policiers russes évacuent les militants anti-poutine du parc Tchistye Proudy, le 16 mai 2012, à Moscou (Russie). (ILIYA PITALEV / RIA NOVOSTI / AFP)

Les militants étaient installés depuis plus d'une semaine dans un parc moscovite pour protester contre la violente répression des manifestations du 6 mai contre le pouvoir de Vladimir Poutine.

Ils campaient depuis plus d'une semaine dans le parc de Tchistye Proudy, dans le centre de Moscou. Des militants de l'opposition russe ont été évacués par les forces de l'ordre, mercredi 16 mai au matin. Vingt-trois personnes ont été interpellées, pour état d'ébriété sur la voie publique.

Les riverains, qui se plaignaient du bruit, avaient obtenu mardi 15 mai d'un tribunal de la capitale l'évacuation de ce campement dans le parc des Etangs propres. Les "campeurs" protestaient contre la violente répression d'une manifestation de l'opposition près du Kremlin, le 6 mai, la veille de l'investiture de Vladimir Poutine à la présidence.

Vers 3 heures du matin (heure de Paris), la police antiémeute a demandé aux militants de quitter le parc. "Tout s'est passé relativement calmement, sans véritable résistance physique, la majorité des militants ayant compris ce qu'on leur demandait", a déclaré un responsable de la police à la télévision russe

Les militants s'installeront dans un autre parc

Un des dirigeants du mouvement d'opposition Solidarnost, Ilia Iachine, a indiqué que les militants chercheraient à s'installer dans un autre parc de Moscou, poursuivant ainsi un mouvement de contestation inédit dans la Russie de Vladimir Poutine. Mais la municipalité a fait savoir qu'elle ne tolérerait plus l'installation de tels campements dans les espaces publics de la ville.

Vladimir Poutine a été élu en mars pour un troisième mandat de président, après ceux de 2000-2008 et un intermède de Premier ministre. Il fait face à une contestation sans précédent depuis les législatives de décembre remportées par le parti au pouvoir Russie unie, mais entachées de fraudes massives, selon l'opposition.

Vous êtes à nouveau en ligne