La police espagnole enquête sur les meurtres présumés d'un champion de kung-fu

(Vincent West Reuters)

La police enquête sur des meurtres présumés commis par un champion du monde de kung-fu. Des os, peut-être humains, ont été découverts dans son gymnase. Juan Carlos Aguilar a été arrêté dimanche par les enquêteurs. Un voisin les avait alertés après avoir entendu des cris.

L'homme
est un champion du monde de kung-fu, moine bouddhiste autoproclamé, fondateur
d'un monastère bouddhiste. Mais Juan Carlos Aguilar est peut-être également un
meurtrier. La police l'a en-effet arrêté à son gymnase de Bilbao dimanche après
avoir été alertée par un voisin. Ce dernier avait entendu des cris.

Et à
leur arrivée, les forces de l'ordre ont découvert dans le gymnase du maître des
arts martiaux une femme victime d'une agression très violente. En fouillant le
gymnase, ils ont découvert des os "qui en principe semblent être des
restes humains"
mais ceci doit désormais être confirmé par des analyses a
expliqué Luis Cobo, le chef adjoint de la police basque.

Premier maître Shaolin occidental

Juan
Carlos Aguilar est un personnage étrange. Âgé de 47 ans, il a été triple
champion du monde de kung-fu selon le quotidien El Pais. Il a également été
huit fois champion d'Espagne de cette discipline. Par ailleurs, il a fondé un
monastère bouddhiste, "Océan de la Tranquillité". Mais Juan Carlos
Aguilar s'est également présenté comme un représentant de bouddha sur terre. Il
s'est enfin fait connaître comme le premier maître Shaolin (une école de
kung-fu chinoise) occidental.

Immédiatement après cette
arrestation, le Temple Shaolin d'Espagne, qui se présente comme le seul centre en Espagne
reconnu par le Temple de Shaolin en Chine, a publié un communiqué. Il a tout de
suite expliqué qu'il "n'avait rien" à voir avec Juan Carlos Aguilar,
que celui-ci "n'était pas moine" et n'était pas non plus "un
représentant du temple".