La non-livraison des Mistral agace les habitants de Saint-Nazaire

France 3

En refusant de livrer la commande des deux navires conçus aux chantiers de Saint-Nazaire, la France  va devoir dédommager la Russie. Une situation largement commentée par la population locale.

Les deux monstres marins se retrouvent sans port d'attache. Le Vladivostok et le Sébastopol, navires construits à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) n'ont pas été livrés à temps par la France à son client russe. L'État avait jusqu'à aujourd'hui, samedi 16 mai, pour transmettre les deux Mistral à Moscou, mais les a volontairement gardés, pour s'opposer à la guerre qui dure en Ukraine entre l'armée nationale et les séparatistes prorusses, alors qu'un cessez-le-feu a été signé en février.

Une annulation qui déplaît

Mais au-delà de l'aspect diplomatique, cette nouvelle agace les Nazairiens. "On a fait une erreur monumentale de ne pas les livrer. On n'a pas tenu parole", juge un homme au micro de France 3.

Le contrat conclu en juin 2011 avec la Russie n'a pas été honoré, et la France doit maintenant rembourser voire dédommager son client. Ce qui pourrait avoir un impact pour les travailleurs des chantiers navals. "On pourrait avoir une prime d'intéressement qui serait gelée du fait que ces navires ne soient pas livrés", rapporte un délégué CGT.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne