La grève européenne du lait suspendue

A Caen, les producteurs en colère remplissent une piscine de lait (24 septembre 2009)
A Caen, les producteurs en colère remplissent une piscine de lait (24 septembre 2009) (© F2)

Les producteurs de lait européens ont annoncé jeudi la suspension de leur grève des livraisons jusqu'au 5 octobre

Les producteurs de lait européens ont annoncé jeudi la suspension de leur grève des livraisons jusqu'au 5 octobreLes producteurs de lait européens ont annoncé jeudi la suspension de leur grève des livraisons jusqu'au 5 octobre

Cette suspension intervient après la convocation d'une réunion extraordinaire de l'UE consacrée à la crise du secteur.

La grève, lancée il y a deux semaines, "reprendra aussitôt si aucune décision raisonnable n'est prise", a averti le président de l'EMB (confédération européenne des producteurs laitiers) Romuald Schaber.

Les agriculteurs français membres de l'EMB avaient appelé à cette grève des livraisons le 10 septembre à Paris pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur les difficultés du secteur, victime d'une chute des prix consécutive, selon eux, à la politique européenne de libéralisation de l'agriculture.

"La grève est suspendue, mais les actions continuent", notamment les épandages dans des champs ou les dons de lait à la population, a précisé lors d'une conférence de presse à Bruxelles Erwin Schöpges, président du Milk Interest roup (MIG), une organisation de producteurs belges, membre de l'EMB.

Les producteurs espèrent que Bruxelles revienne à une politique plus favorable.

Paris a pris la tête d'une fronde contre la politique jugée trop libérale de la Commission, plaidant pour le maintien d'aides importantes en vue de soutenir les prix. La France avait expressément demandé lundi une réunion extraordinaire européenne. L'Italie s'est ralliée à une initiative franco-allemande pour une "nouvelle régulation" du secteur pour accompagner la fin programmée des quotas de production laitiers, avec le maintien d'importants soutiens financiers.

Cette offensive est désormais soutenue par une majorité suffisante d'Etats européens pour contraindre la Commission à agir.

Bruxelles a proposé la semaine dernière de faciliter les aides à la reconversion pour les producteurs, via des rachats de quotas. Une option refusée sèchement par la France et les syndicats agricoles. La chute récente des prix du lait, de plus de 50% dans certains pays de l'UE, est à l'origine de la grogne des producteurs.

Depuis une quinzaine de jours, le mouvement des producteurs de lait, parti de France et de Belgique, a gagné la Suisse, les Pays-Bas, l'Italie ou l'Espagne. Il a été marqué par de spectaculaires épandages de dizaines de milliers de litres de lait.

Vous êtes à nouveau en ligne