La Grande-Bretagne forcée de changer de version d'avion de combat

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Hausse des coûts et retards à répétition ont obligé la Grande-Bretagne à revenir sur une décision concernant le type d'avions de combat qu'elle doit acheter. Le retour au choix du F35-B destiné à la Royal Navy et à la Royal Air Force de préférence au F-35C est embarrassant politiquement et diplomatiquement.

Le F-35B n'a ni besoin de catapulte, ni de filets d'arrêt pour être adapté aux deux futurs porte-avions qui équiperont la Royal Navy.
Cet avion a un rayon d'action plus court que la version du F-35C choisie au départ. Mais des responsables de la Défense insistent sur le fait que les inconvénients seront compensés par la capacité d'employer deux porte-avions en même temps. Chacun d'eux est censé embarquer 12 jets.
Seulement voilà, cette version est différente des avions de combat français et américains.
L'option initiale avait pour avantage de permettre aux avions français et britanniques d'utiliser indifféremment les porte-avions de l'un ou l'autre des deux pays.

Certains responsables de la Défense britannique se demandent si le F-35B ne coûtera pas plus cher que le F-35C sur le long terme.
Londres a pour l'instant commandé trois F-35 en version test pour un coût de 632 millions de dollars. Le premier doit arriver dans deux mois.

La Grande-Bretagne s'est engagée en 2001 à en acheter 138, essentiellement la version conventionnelle F-35A, pour remplacer ses Tornado et Harrier.
En 2010, le gouvernement actuellement en place a dit, sans autre précision, qu'il en commanderait moins. Le ministère de la Défense a dit qu'il ne prendrait pas de décision avant le prochain passage en revue des dépenses militaires, en 2015.

Vous êtes à nouveau en ligne