VIDEO. Alex Taylor : "Enfin l'Europe intéresse les gens !"

franceinfo

Invité de Stéphane Dépinoy dans ":l'éco", Alex Taylor, journaliste européen, est venu parler des élections européennes et du Brexit. 

Vous avez voté pour la première fois avec une carte d'electeur français car vous êtes maintenant franco-britannique... 

"Cela fait quarante ans que je vis dans ce pays en tant qu'européen et pour la première fois j'ai pu voter comme français, c'était très émouvant, ça m'a fait quelque chose" déclare Alex Taylor. 

Avez-vous eu d'autres motifs de satisfaction en voyant le résultat des élections européennes ? 

"Je vais vous étonner parce que je suis un européen convaincu, enfin l'Europe intéresse les gens ! Ce que j'ai retenu de ces élections c'est que l'on se concentre beaucoup sur les analyses dans chaque pays comme si c'était des élections nationales. Ce sont des élections européennes ! La participation a grimpé, les gens s'interessent enfin à l'Europe et l'Europe est un véritable enjeu" répond le journaliste franco-britannique. 

Au Royaume-Uni le parti pro Brexit reste encore très fort...

"Évidemment, ils ont marqué des points oui et non parce qu'ils ont tout simplement remplacé le parti Ukip, qui était l'ancien parti de Nigel Farage, par un nouveau parti. Chacun voit midi à sa porte, le problème des élections européennes c'est un peu comme le concours eurovision, ça change à chaque vote c'est très complexe. Par exemple, les médias étrangers disent que tous les français ont voté Rassemblement National, les allemands ont voté écolo, la Grande Bretagne pour le Brexit. Si vous ajoutez les points des partis qui ont voté pour le maintien dans l'Union européenne ils sont à 53%, si vous ajoutez les points des partis pro Brexit et les conservateurs ils arrivent péniblement à faire 43 ou 44%. Donc les élections européennes sont infiniment plus complexes, chaque pays a ses spécificités" souligne Alex Taylor.

La question AFP : Avec la démission de Theresa May, s'achemine-t-on inévitablement vers un Brexit dur ? 

"On s'achemine vers un choix plus clair et honnête. Le deal de Theresa May c'était "Oui on quitte l'Union européenne mais on essaie d'y rester quand même un peu" et ça n'a pas marché. Maintenant soit on a du Boris Jonhson avec son "On sort  sans aucun accord" ou sinon on revote car il y a de plus en plus de sondages qui indiquent que les britanniques sont apeurés par le fait de sauter dans le vide" répond le journaliste européen. 

L'interview s'est conclue sur la chanson "Yellow Taxi" de Joni Michtell

Vous êtes à nouveau en ligne