Royaume-Uni : le déclenchement du Brexit vu par les dessinateurs

Le dessinateur Rob Murray a publié sur Twitter, le 29 mars 2017, un croquis sur le déclenchement du Brexit.
Le dessinateur Rob Murray a publié sur Twitter, le 29 mars 2017, un croquis sur le déclenchement du Brexit. (ROB MURRAY CARTOONS)

La Première ministre britannique, Theresa May, a envoyé au Conseil européen une lettre pour déclencher la sortie de son pays de l'Union européenne.

Le Royaume-Uni s'est embarqué pour un voyage historique hors de l'Union européenne. Mercredi 29 mars, neuf mois après un référendum sur le Brexit, l'ambassadeur britannique auprès de l'UE, Tim Barrow, a remis au président du Conseil européen, Donald Tusk, la lettre déclenchant formellement la procédure de sortie. Sur les réseaux sociaux, de nombreux dessinateurs ont publié des croquis pour exprimer leur opposition à cette décision. Franceinfo en a sélectionné quelques-uns.

The Surreal McCoy imagine un marin aux couleurs du Royaume-Uni se jetant du bateau de l'Union européenne avec un boulet, sur lequel est inscrit "50", en référence à l'article 50 du traité de Lisbonne sur le processus de sortie de l'UE. 

Ici, le Royaume-Uni fonce droit dans le mur en sortant de l'UE. Le dessinateur a choisi d'illustrer la situation avec un coyote, alias la Première ministre britannique, Theresa May, qui piège son pays avec cette lettre. 

Rob Murray a, lui, dessiné une Theresa May qui se tire dans le pied en dessous de l'inscription "pulling the trigger", ce qui signifie ici à la fois "appuyer sur la gâchette" et "prendre une décision hasardeuse".

Le dessinateur du Daily Telegraph Christian Adams a choisi de comparer Theresa May à Buzz l'Eclair, l'astronaute de Toy Story. "Vers l'infini et au delà", dit son dessin.

Enfin, Marian Kamensky représente la Première ministre britannique, rames dans les mains. Elle a coupé le lien qui reliait le Royaume-Uni à l'Europe. Petite pique : l'Ecosse, dont la Première ministre, Nicola Sturgeon, a demandé un nouveau référendum pour l'indépendance par rapport au Royaume-Uni, rame dans l'autre sens.

Et, en bonus, le sculpteur gallois Nik Ramage a adapté l'une de ses machines au thème du jour. "Au revoir l'Union européenne. Ce n'est pas de ta faute mais de la nôtre", a-t-il commenté dans son tweet.