"On va nous sortir du congélateur un peu plus tard que prévu" : cinq eurodéputés français attendent toujours le Brexit pour siéger au Parlement

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, prononce un discours devant le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 18 septembre 2019.
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, prononce un discours devant le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 18 septembre 2019. (CHRISTOPH DE BARRY / HANS LUCAS / AFP)

Cinq eurodéputés français doivent encore patienter pour prendre leurs fonctions, en raison du nouveau délai de trois mois accordé à Londres.

L'attente sera plus longue que prévu. Les Vingt-Sept ont donné leur accord, lundi 28 octobre, pour un délai supplémentaire de trois mois avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les cinq eurodéputés français qui ne prendront leurs fonctions qu'après le Brexit devront donc patienter au moins jusqu'au 31 janvier pour siéger au Parlement européen. Le nombre de sièges attribués à la France passera en effet de 74 à 79 lors de la date effective du divorce entre Londres et Bruxelles, en vertu d'une décision du Conseil européen de juin 2018 (l'Italie passera de 73 à 76 sièges ; les Pays-Bas, de 26 à 29, etc.).

Une longue période de "transition"

Pour trois des élus concernés, contactés par franceinfo, ce délai supplémentaire  "ne change pas grand-chose""Ma vie reste la même : j'assure mes missions au sein du conseil régional d'Ile-de-France et au sein du Rassemblement national, comme avant l'élection, raconte Jean-Lin Lacapelle, délégué national du parti de Marine Le Pen. Ça ne me perturbe pas. Je ne me suis pas emballé jusqu'ici, et j'ai bien fait."

"Lorsque j'ai appris, début septembre, que Boris Johnson perdait sa majorité à la Chambre des communes, je me suis dit que le Brexit risquait de prendre plus de temps que prévu", confie la socialiste Nora Mebarek, qui "n'a pas le temps de s'ennuyer entre son travail et ses missions au sein du PS dans les Bouches-du-Rhône". Ilana Cicurel (LREM) aborde même la situation avec humour.

J'aime nous décrire comme des députés 'congelés'. On va juste nous sortir du congélateur un peu plus tard que prévu, quand les Britanniques prendront enfin le large.Ilana Cicurel, eurodéputée LREMà franceinfo

Ces élus voient leur période d'attente comme une période de "transition". Chargée de mission sur des programmes de rénovation urbaine, Nora Mebarek n'a "pas encore donné son préavis de trois mois" à son employeur. "Mais ça me laisse le temps de transférer les dossiers les plus complexes à mes collègues, pour qu'ils assurent le suivi si je dois partir du jour au lendemain, explique-t-elle à franceinfo. D'ici là, je continue de gérer les affaires courantes. Mon employeur l'a accepté, car c'est une situation inédite pour tout le monde." Ilana Cicurel, avocate, se concentre pour sa part sur ses "actions au sein du parti [LREM], notamment auprès de Jean-Michel Blanquer".

Un pied au Parlement européen

Tous parviennent néanmoins à garder un œil sur les activités de leur futur groupe parlementaire. "Je me suis rendu à Bruxelles et à Strasbourg, de manière à m'imprégner de leur travail", détaille Jean-Lin Lacapelle. Nora Mebarek "essaie d'être à Bruxelles une fois par mois", pour assister aux réunions du groupe socio-démocrate et "participer aux décisions importantes""C'est du travail en plus de mon travail et de mon mandat local, mais j'ai envie de m'intégrer", poursuit l'élue.

La délégation française socialiste n'est constituée que de six personnes et chaque voix compte.Nora Mebarek, eurodéputée PSà franceinfo

Aucun de ces futurs eurodéputés ne touche pour l'instant d'indemnités. Ils ne peuvent, évidemment, pas non plus participer aux travaux des commissions dans lesquelles ils souhaitent siéger. Ce qui ne les empêche pas de "se projeter". "Je suis l'actualité de la commission sur le commerce international, que je voudrais rejoindre, car j'ai bossé pendant 26 ans dans des boîtes du CAC 40", indique ainsi Jean-Lin Lacapelle.

"J'identifie les domaines sur lesquels j'interviendrai, abonde Ilana Cicurel. Le mandat européen est un mandat de fond, alors je profite de cette phase de transition pour creuser les sujets sur lesquels je souhaite travailler par la suite." Nora Mebarek a même la chance d'avoir un collaborateur, attribué par le groupe socio-démocrate, "qui s'occupe de la commission régie" où elle souhaite siéger. "Sans y être formellement, je ne suis pas déconnectée de la vie au Parlement", résume-t-elle.

Une "anomalie" qui prendra bientôt fin ?

Les eurodéputés "congelés" ont bon espoir que ce nouveau report du Brexit sera le dernier. "On a eu une avancée majeure car le Parlement britannique a approuvé, sur le principe, l'accord négocié par Boris Johnson, avance Ilana Cicurel. Nous sommes désormais dans une phase technique, qui devrait se dérouler plus facilement." Jean-Lin Lacapelle abonde.

On semble au bout du tunnel de cette procédure du Brexit.Jean-Lin Lacapelle, eurodéputé RNà franceinfo

"Au-delà des conséquences personnelles, tout le monde en a marre car l'Union européenne est suspendue à la décision des Britanniques", s'impatiente la socialiste Nora Mebarek, qui estime que "Westminster ne donne pas une belle image du travail parlementaire". "Cette situation d'attente, d'entre-deux, est une anomalie, rappelle Ilana Cicurel. J'espère seulement que nous pourrons enfin commencer à travailler le 31 janvier. Et que l'Union européenne aussi."

Vous êtes à nouveau en ligne