Jo Cox assassinée : la piste de l'extrême droite

France 2

Après la mort d'une députée britannique pro-européenne, Loïc de la Mornais fait le point sur la situation en direct de Londres (Grande-Bretagne).

Le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a lieu jeudi 23 juin, mais l'assassinat de Jo Cox va peut-être changer la donne. "Les conséquences sont déjà là : la campagne est à l'arrêt, l'heure est au recueillement", explique Loïc de la Mornais, en direct de Londres (Grande-Bretagne).

Un homme proche des milieux d'extrême droite

Les experts pensent qu'effectivement, ce meurtre pourra avoir une conséquence sur le référendum jeudi prochain, "tout simplement parce que les électeurs indécis vont pouvoir calmer le jeu en restant dans l'Europe. Il faut être très clair : personne ne dit que ce meurtre a été commandité par le camp des pro-Brexit. En revanche, il est vrai qu'il y a quelques éléments troublants dans la personnalité du tueur présumé : il était proche des milieux d'extrême droite et europhobe", poursuit le journaliste. Thomas Mair vivait dans le nord de l'Angleterre, dans un quartier qui affiche plutôt le drapeau anglais que le britannique. Ses proches et ses voisins le décrivent comme un homme discret, mais aidant. Les médias ont aussi retrouvé une ancienne facture à son nom : Thomas Mair avait notamment acheté un ouvrage sur les explosifs et les munitions improvisées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne