Accord post-Brexit : l'opposition britannique annonce qu'elle votera en faveur du texte

Keir Starmer, leader de l\'opposition britannique, à la Chambre des communes le 2 décembre 2020.
Keir Starmer, leader de l'opposition britannique, à la Chambre des communes le 2 décembre 2020. (JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT)

Si l'accord sur la relation commerciale entre le Royaume-Uni et l'UE s'appliquera de façon provisoire à partir du 1er janvier, il doit encore passer plusieurs étapes pour être pleinement validé.

Ils l'ont fait ! Les négociateurs européens et britanniques sont parvenus à un accord sur les relations commerciales post-Brexit, jeudi 24 décembre. Il devra être approuvé par les chefs d'Etat au sein du Conseil de l'Europe, et devrait ensuite entrer en application provisoire à partir du 1er janvier, alors que les conséquences d'une sortie sans accord étaient redoutées.

Pour entrer définitivement en vigueur, il devra cependant être voté au Parlement européen, dont le président a annoncé qu'il ne serait pas étudié avant 2021. Et les députés britanniques devront aussi se prononcer sur le texte, ce qui ressemble à une formalité : "Le parti travailliste l'acceptera et votera en sa faveur", a annoncé Keir Starmer, le chef du parti, principale force d'opposition.

"Nous avons repris le contrôle de nos lois et de notre destin", s'est félicité Boris Johnson dans une conférence de presse à Downing Street. "Nous serons vos amis, vos alliés et votre premier marché", a-t-il lancé à destination de l'Europe.

"Nous avons un bon accord (...) juste et équilibré", a salué la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, estimant qu'il allait permettre de "poser les bases solides pour un nouveau départ avec ami de longue date". Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE, a cependant concédé des "regrets", notamment sur le départ des Britanniques du programme Erasmus.

 Sur la pêche, un compromis trouvé. L'accord prévoit que la période de transition pendant laquelle les Européens pourront pêcher dans les eaux britanniques sans contrainte durera cinq ans et demi - l'UE espérait quatorze ans.

 Les réactions se multiplient. "L’unité et la fermeté européennes ont payé"a réagi Emmanuel Macron sur Twitter. "Je suis très confiante dans le fait que nous avons ici un bon résultat", a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel dans un communiqué. "L'accord commercial est vraiment bienvenu", a tweeté l'ancien Premier ministre britannique David Cameron, qui avait décidé de l'organisation du référendum sur le Brexit bien qu'y étant opposé. 

L'Ecosse remet l'indépendance sur la table. Il est temps qu'elle devienne une "nation européenne indépendante", a déclaré la Première ministre écossais Nicola Sturgeon, opposée au Brexit, en réaction à cet accord.

Vous êtes à nouveau en ligne