DIRECT. Le Brexit est déclenché, il n'y aura "pas de retour en arrière", assure la Première ministre britannique Theresa May

La Première ministre Theresa May devant le Parlement britannique, le 29 mars 2017.
La Première ministre Theresa May devant le Parlement britannique, le 29 mars 2017. (REUTERS)

La lettre de divorce a été transmise au président du Conseil européen, Donald Tusk, mercredi après-midi.

L'ambassadeur britannique auprès de l'Union européenne, Tim Barrow, a remis, mercredi 29 mars, la lettre de notification du Brexit au président du Conseil européen Donald Tusk, déclenchant formellement la procédure de sortie de l'Union européenne. Il n'y aura "pas de retour en arrière", a déclaré la Première ministre Theresa May au Parlement britannique.

>> Cinq questions pour comprendre le déclenchement du Brexit

"C'est le moment de nous rassembler", assure Theresa May. Devant les députés, la Première ministre britannique a salué "un moment historique" dans l'histoire du pays et estimé qu'il fallait à présent "travailler au meilleur accord possible" avec l'UE.

 L'article 50 activé. La lettre de divorce a été transmise, au moment où Theresa May s'exprimera devant le Parlement, au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles.

 Vers un référendum en Ecosse.  Le Parlement régional d'Ecosse a autorisé, mardi, la Première ministre écossaise à demander à Londres l'organisation d'un nouveau référendum d'indépendance.

21h06 : Le Royaume-Uni s'est embarqué pour un voyage historique hors de l'Union européenne, en remettant la lettre déclenchant la procédure officielle du Brexit. Sur les réseaux sociaux, de nombreux dessinateurs ont publié des croquis pour exprimer leur opposition à cette décision. Franceinfo en a sélectionné quelques-uns.

Le dessinateur Rob Murray a publié sur Twitter, le 29 mars 2017, un croquis sur le déclenchement du Brexit.

(ROB MURRAY CARTOONS)

18h17 : Alors que le Royaume-Uni active le processus du Brexit, Paris et sa région misent sur l'arrivée d'entreprises quittant Londres, mais le calendrier de la présidentielle s'impose aussi. Les détails dans cet article.

17h48 : Theresa May voulait que les futures relations UE-Royaume-Uni soient négociées en parallèle des conditions de sortie. La chancelière allemande Angela Merkel n'est pas de cet avis. "Il va falloir d'abord clarifier dans les négociations comment délier les étroites imbrications" qui lient aujourd'hui l'Union européenne au Royaume-Uni, a-t-elle dit, "et seulement une fois cette question clarifiée nous pourrons ensuite, (...) si possible assez vite, parler de notre relation future".

17h35 : Six pages pour ouvrir le Brexit et deux années de négociations. Le Royaume-Uni a officiellement lancé la procédure historique de sortie de l'Union européenne, avec une lettre de divorce signée par la Première ministre britannique Theresa May. Voici ce qu'elle contient, dans les grandes lignes.




(EMMANUEL DUNAND / AFP)

16h37 : "Nous, au sein de l'Union européenne, mènerons de façon juste et équilibrée les négociations à venir et j'espère qu'il en ira de même pour le gouvernement britannique, la Première ministre britannique me l'a assuré au téléphone"


La chancelière allemande Angela Merkel espère des négociations "justes et équilibrées" avec le Royaume-Uni en vue du Brexit.

15h53 : Un petit groupe de manifestants anti-Brexit s'est mobilisé devant la Parlement britannique, à Londres, pendant le discours de Theresa May sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

15h27 : "Je pense que ce sera douloureux pour les Britanniques"

François Hollande a estimé mercredi que le Brexit serait "douloureux" pour les Britanniques et allait "obliger l'Europe à aller de l'avant, sans doute avec des vitesses différentes".

14h12 : "Vous nous manquez déjà. Merci et au revoir"

Le Royaume-Uni sera encore membre de l'Union européenne, tant que les négociations sur les modalités de sortie ne seront pas terminées, ce qui peut durer jusqu'à deux ans. Mais le président du Conseil européen lui dit déjà "au revoir".

13h58 : La lettre remise au président de du Conseil européen fait six pages. Elle est accessible au public sur le site du gouvernement britannique (en anglais, bien entendu).

13h41 : "C'est peut-être aujourd'hui, plus que jamais, que le monde a besoin des valeurs de l'Europe. C'est pourquoi nous quittons les institutions de l'Union européenne, mais pas l'Europe."

13h40 : "Je veux que la Grande-Bretagne sorte plus juste, plus forte, plus ouverte sur le monde."

La Première ministre Theresa May s'exprime devant le Parlement britannique. Suivez son discours en direct dans notre article.

13h33 : La remise de cette lettre ouvre la période de deux ans de négociations, qui doivent permettre de fixer les modalités de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

13h30 : L'ambassadeur britannique auprès de l'UE, Tim Barrow, a remis la lettre de notification du Brexit au président du Conseil européen, Donald Tusk, déclenchant formellement la procédure de sortie de l'Union.

11h49 : L'ambassadeur du Royaume-Uni à Bruxelles est arrivé au Conseil européen avec dans sa sacoche la lettre qui va activer l'article 50 du traité de Lisbonne.

11h30 : Aujourd'hui, le parlement britannique doit officiellement initier le processus de sortie de l'UE. Un grand jour pour Nigel Farage, ex-leader du parti eurosceptique Ukip, immortalisé tout sourire à Londres, ce matin.

(STEFAN WERMUTH / REUTERS)

Vous êtes à nouveau en ligne