DIRECT. Brexit : "Un délai supplémentaire n'est dans l'intérêt de personne", réagit l'Elysée

Des manifestants défilent à Londres pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, le 19 octobre 2019 à Londres.
Des manifestants défilent à Londres pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, le 19 octobre 2019 à Londres. (NIKLAS HALLE'N / AFP)

Les députés britanniques ont décidé samedi de reporter leur décision sur l'accord conclu entre Londres et Bruxelles. "Je ne négocierai pas de report avec l'UE", a réagi le Premier ministre, Boris Johnson, après ce revers. 

Nouveau rebondissement à 12 jours de la date prévue du Brexit. Les députés britanniques ont décidé, samedi 19 octobre, de reporter leur décision sur l'accord de Brexit conclu entre Londres et Bruxelles. L'amendement en ce sens, déposé par le député Oliver Letwin, a été approuvé à 322 voix pour et 306 voix contre. Pour ses partisans, il vise à donner plus de temps aux députés pour débattre de l'accord dans ses détails, sans toutefois risquer un "no deal" le 31 octobre. "Un délai supplémentaire n'est dans l'intérêt de personne. Un accord a été négocié, il appartient désormais au Parlement britannique de dire s'il l'approuve ou le rejette. Il faut un vote sur le fond", a déclaré de son côté l'Elysée. 

>> CARTE. Brexit : ce que prévoit l'accord trouvé entre le Royaume-Uni et l'UE pour l'Irlande du Nord

Un accord pour une sortie en douceur. Arraché in extremis à l'issue de négociations laborieuses, l'accord de sortie de l'UE est censé régler les conditions du divorce après 46 ans de vie commune, permettant une sortie en douceur assortie d'une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020.

 Boris Johnson refuse tout report. "Je ne négocierai pas de report avec l'UE", a d'emblée réagi Boris Johnson après la décision des députés samedi. Plus tôt, le Premier ministre avait prononcé un discours à la Chambre des communes, durant lequel il a affirmé qu'un nouveau report serait "inutile, coûteux et profondément destructeur pour la confiance du public".

Une manifestation à Londres. "Que voulons-nous ? Le vote du peuple ! Quand le voulons-nous ? Maintenant !"  Des dizaines de milliers de manifestants ont commencé à défiler dans le centre de Londres samedi pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, seul moyen selon eux de résoudre la crise actuelle.

23h00 : Un coup d'œil aux infos majeures de la soirée avant de fermer boutique.

La SNCF prévoit un TGV Ouigo sur trois, en attendant les détails en région dimanche matin. Le débat se cristallise autour du "droit de retrait" invoqué par les syndicats, abusif selon le gouvernement.

Brexit repetita ! Les députés britanniques nous ont encore concocté un coup de théâtre, et ont choisi de reporter leur vote sur l'accord négocié entre Boris Johnson et l'Union européenne. Un million de personnes, selon les organisateurs, ont défilé pour refuser le départ de l'UE.

Dans dix heures à peine, ce sera le coup d'envoi du quart de finale de la Coupe du monde de rugby entre la France et le pays de Galles. Histoire de vous donner des cauchemars, on vous liste six raisons de craindre le pire.

Rendez-vous demain, à neuf heures, pour la suite de ce direct.

21h41 : "Je ne suis pas sûre qu'un nouveau report serve à quoi que ce soit, si ce n'est à laisser des citoyens et des entreprises dans l'incertitude."

Sur franceinfo, l'ancienne ministre des Affaires européennes ne mâche pas ses mots contre Boris Johnson, le premier ministre britannique. "Il n'a rien fait pour construire du consensus en interne. C'est tout à fait représentatif de ce que le populisme n'arrive pas à faire en Europe. Le populisme détruit mais ne construit jamais."

21h16 : Boris Johnson et Donald Tusk, le président du conseil européen, se sont parlés ce soir au téléphone. Le premier ministre britannique a confirmé que la lettre demandant un report du Brexit serait envoyée à Bruxelles dans la soirée.

20h19 : Un chiffre pioché dans cet article du Financial Times : depuis le vote du Brexit, en 2016, les banques installées à la City ont à peine délocalisé hors du Royaume-Uni un millier d'emplois, alors que les spécialistes en annonçaient dix ou vingt fois plus.

20h01 : 20 heures. Si votre estomac gargouille, ça doit être votre appétit d'info. Voilà de quoi le rassasier :

Deuxième jour de perturbations à la SNCF après le droit de retrait des syndicats, consécutif à un accident. Le gouvernement conteste ce terme, et parle d'une grève sauvage. On vous explique ici leurs différences d'appréciation. Demain, la SNCF prévoit un TGV Ouigo sur trois, en attendant les détails en région demain matin.


Brexit repetita ! Les députés britanniques nous ont encore concocté un coup de théâtre, et ont choisi de reporter leur vote sur l'accord négocié entre Boris Johnson et l'Union européenne. Un million de personnes, selon les organisateurs, ont défilé pour refuser le départ de l'UE.


Dans douze heures à peine, ce sera le coup d'envoi du quart de finale de la Coupe du monde de rugby entre la France et le pays de Galles. Histoire de vous donner des cauchemars, on vous liste six raisons de craindre le pire.

Une nouvelle manifestation sous tension débute à Barcelone, alors que le gouvernement catalan réclame des négociations "sans condition" avec Madrid.

18h15 : 18 heures ! L'heure du point sur l'actualité.

Brexit repetita ! Les députés britanniques nous ont encore concocté un coup de théâtre, et ont choisi de reporter leur vote sur l'accord négocié entre Boris Johnson et l'Union européenne. Prochain épisode lundi.

Deuxième jour de perturbations à la SNCF après le droit de retrait des syndicats, consécutif à un accident. Le gouvernement conteste ce terme, et parle d'une grève sauvage. On vous explique ici leurs différences d'appréciation.

Une nouvelle manifestation sous tension débute à Barcelone, alors que le gouvernement catalan réclame des négociations "sans condition" avec Madrid.

Net et sans bavure. Les deux quarts de finale de la Coupe du monde de rugby se sont achevés sur des scores fleuves pour l'Angleterre (40-16 contre l'Australie) et la Nouvelle-Zélande (46-14 contre l'Irlande). Les deux équipes se retrouveront en demi-finale.

18h01 : Nos camarades de la radio ont interrogé Patrick Martin-Genier, enseignant à Sciences Po, spécialiste des affaires européennes et auteur de L'Europe-t-elle un avenir ? sur le nouveau coup de théâtre du Brexit :

"Selon toute probabilité, il n'y a plus que deux possibilités aujourd'hui : soit il démissionne de son poste de Premier ministre et on trouve une motion de défiance pour mettre quelqu'un à sa place, soit cela se termine devant la Cour suprême britannique qui pourrait, le cas échéant, l'obliger à respecter la loi du Parlement britannique [et demander un report comme la loi l'y oblige]."

17h33 : Les organisateurs de la manifestation londonienne, People's Vote March, revendiquent un million de participants.

17h17 : Beaucoup d’écossais dans cette manifestation Énorme dans Londres !

17h17 : A noter que si le Royaume-Uni quitte finalement l'Union européenne, on n'est pas rendus avec les soubresauts politiques outre-Manche. Car les Écossais entendent par exemple rester dans l'UE, et pourraient demander un référendum pour quitter le Royaume-Uni pour ensuite recandidater à Bruxelles.

17h15 : Je trouve intelligente la décision du Parlement britannique (et stupide l'agacement de Jupiter). En effet, exiger des députés de voter sans pouvoir discuter des détails d'application est typique des rapports de notre parlement de soumis, mais bien moins fréquent au parlement anglais. Les députés anglais se méfient, à juste titre, des promesses de Boris Johnson. S'ils votaient oui tout de suite, rien ne leur garantit qu'il ne manipulera pas l'application ultérieure. Allons président Macron, réfléchissez un peu : les autres peuvent avoir un avis différent du vôtre sur ce qui les concerne !

17h14 : @Planky95 Cela faisait partie des scénarios envisagés par ma camarade Marie-Adélaïde Scigacz dans son article (et elle en avait listé neuf) : oui, c'est possible (allez voir le point n°3 pour plus de détails).

17h13 : Éclaircissement!! Est il possible que le parlement vote pour un nouveau référendum

17h11 : Nous avons voté "clairement pour éviter une sortie brutale sans accord de l'Union européenne", salue le chef de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn. "Le Premier ministre doit désormais respecter la loi".

17h11 : Magie du Brexit, cher @anonyme, on ne sait pas :-) Le Parlement a choisi d'attendre jusqu'à lundi, pour obliger Boris Johnson à demander un report, comme une loi l'y oblige. Mais le locataire du 10 Downing Street a déjà décidé qu'il passerait son tour. L'idée était de donner plus de temps aux députés pour débattre de l'accord dans ses détails sans risquer un "no deal" le 31 octobre s'ils n'ont pas fini. On verra donc lundi comment se goupille le deuxième vote, à dix jours de l'échéance.

17h09 : Un petit résumé svp je comprends rien a ce qui se passe a Londres. Les Anglais partent le 31 octobre ou pas ????

17h06 : Amusante image des manifestants anti-Brexit lors de l'annonce du report du vote par les députés. Non, ce n'est pas quand l'Angleterre s'est qualifié pour les demi-finales du Mondial de rugby.

16h57 : On sent de l'agacement dans le communiqué rédigé par la présidence de la République : "Un accord a été négocié, il appartient désormais au Parlement britannique de dire s'il l'approuve ou le rejette. Il faut un vote sur le fond", a plaidé la présidence française.

16h54 : Les européens devraient manifester pour exiger la fin de cette histoire de brexit dans les plus brefs délais ! Je pense que de Madrid à Oslo et de Paris à Athènes, tout le monde en a ras le bol de ces anglais puérils !!

16h54 : Les Anglais ont du talent pour rédiger une nouvelle pièce de théâtre. Ce n'est pas être ou ne pas être mais le Brexit ou Ubu roi

16h53 : Il faut qu’ils sortent avec ou sans deal , cette mauvaise comédie anglaise doit se terminer le 31 octobre, ils ont voté le Brexit alors qu’ils le fassent maintenant.

16h55 : Si vous avez suivi les péripéties du Brexit depuis le début, la forme de la Chambre des communes, une pièce rectangulaire assez étroite, n'a plus de secret pour vous. On apprend dans cet article du Monde qu'elle a été reconstruite à l'identique après sa destruction par les Allemands, et qu'importe s'il n'y a pas assez de bancs pour que les 650 élus s'assoient. Churchill aimait cette exiguité, qui donne "une impression d’affluence et d’urgence ".

16h48 : Dites moi on va repousser ce Brexit jusqu’à quand ?Ad vitam eternam ? Ils se moquent de nous ces Anglais et on va accepter ce report ? Qu ils aillent au diable

16h47 : Dans cette histoire de Brexit, je trouve qu'on oublie souvent un point de vue : celui des européens. Pas les gouvernements, diplomates, entreprises..; non, les personnes lambdas comme vous et moi. Pour ma part, bien que je trouve bête et idiote l'idée des britanniques de nous quitter (l'union fait la force), je n'ai qu'une envie aujourd'hui : c'est qu'ils s'en aillent le plus vite possible et qu'ils payent ce qu'ils doivent ! Leur "bêtise" (pour rester poli) commence vraiment à m'énerver ! Ils font trainer depuis 3 ans maintenant cette histoire ! Donc quelque part, malgré les fâcheuses conséquences d'un "no deal", j'espère vraiment que le 31 octobre soit la fin de cette comédie.

16h55 : Vous êtes nombreux à réagir à la décision de report du vote de la Chambre des communes dans les commentaires.

16h42 : Du côté de la Commission européenne, on prend acte de la décision des députés britanniques de voter plus tard. "C'est au gouvernement britannique de nous informer sur les prochaines étapes dès que possible", réagit sur Twitter Mina Andreeva, porte-parole de l'exécutif européen.

16h43 : Réaction de l'Elysée aux nouvelles péripéties du vote du Brexit : "Un délai supplémentaire n'est dans l'intérêt de personne."

16h38 : Hello goodbye, un vieux Beatles

16h37 : Don't leave me this way. The Communards




16h36 : Sunday Bloody Sunday de John Lennon ;Keep Ireland to the Irish not for London or for Rome




16h35 : The night we met, de Lord Huron. Raconte l'histoire d'un couple qui ne sait plus quoi faire...




16h35 : #PlaylistDuBrexit




16h45 : Sur un registre plus léger, vous êtes nombreux à m'avoir proposé des chansons pour une playlist du Brexit. Voici quelques-unes de vos propositions.

16h45 : D'ailleurs, selon le journaliste de Sky News Rob Powell, le vote sur l'accord avec l'UE pour le Brexit a été inséré au chausse-pied dans l'ordre du jour, ne permettant pas aux parlementaires de poser des questions.

16h32 : Le leader de la Chambre des communes (qui est en gros chargé des relations entre le gouvernement et le Parlement) annonce qu'un nouveau vote sur l'accord de Brexit aura lieu lundi.

16h25 : Notez qu'il n'y a pas qu'à Londres qu'on bat le pavé, à Marvejols, en Lozère, également.

16h23 : @NathanS57 La manifestation continue avec une foule impressionnante. Notez que les députés travaillistes avaient suggéré, dans un amendement au projet de Brexit négocié par Boris Johnson à Bruxelles, de demander son avis à la population.

16h21 : Ils ont qu'à refaire un référendum pour vérifier si la population veut encore quitter l'UE. D'ailleurs, ou en est la manifestation prévue cette après-midi ?

16h21 : Should I stay or should i go




16h21 : Mais oui ! Comme @anonyme dans les commentaires, n'hésitez pas à me suggérer des chansons pour faire la playlist du Brexit.

16h22 : Boris Johnson ne veut pas demander un report du Brexit ? Qu'à cela ne tienne, le président de la Chambre des communes, le conservateur John Bercow, annonce que si le Premier ministre se fait porter pâle, il prendra lui-même sa plume pour écrire à Bruxelles.

16h04 : Bonus : en vertu d'une autre loi récente, Boris Johnson, faute d'avoir un accord formellement voté ce samedi, se retrouve forcé de demander aussitôt aux Européens un report du Brexit de trois mois. Mais ce dernier a déjà affirmé, il y a quelques minutes, qu'il ne comptait pas renégocier un nouveau report avec les Européens.


Vous êtes à nouveau en ligne