Brexit : Theresa May va faire une "offre audacieuse" aux parlementaires pour obtenir leur soutien

La Première ministre britannique, Theresa May, le 15 mai 2019 à Londres (Royaume-Uni). 
La Première ministre britannique, Theresa May, le 15 mai 2019 à Londres (Royaume-Uni).  (WIKTOR SZYMANOWICZ / NURPHOTO / AFP)

Les députés britanniques ont déjà rejeté par trois fois l'accord sur le Brexit négocié par Theresa May avec l'Union européenne. La sortie du Royaume-Uni de l'UE est prévue le 31 octobre au plus tard. 

Une offre de la dernière chance ? La Première ministre britannique, Theresa May, a indiqué, dimanche 19 mai, qu'elle se préparait à faire une "offre audacieuse" aux parlementaires, dans une dernière tentative pour leur faire accepter son accord de sortie de l'Union européenne.

Dans une tribune publiée dimanche dans le Sunday Times, Theresa May affirme qu'elle entend présenter début juin devant les élus sa nouvelle proposition. Elle assure que le texte est une "offre nouvelle et audacieuse", avec un "package amélioré de mesures, capable d'obtenir le soutien" du Parlement.

"Je crois toujours qu'il est possible d'obtenir une majorité au Parlement pour une sortie [de l'UE] avec un accord", écrit la dirigeante britannique. Les députés ont rejeté par trois fois l'accord sur le Brexit négocié par Theresa May avec l'Union européenne. La date du départ du Royaume-Uni de l'UE a été repoussée du 29 mars au 12 avril, puis au 31 octobre au plus tard.

Rupture des négociations avec l'opposition

Vendredi, l'opposition travailliste a rompu les discussions avec la Première ministre, destinées à trouver une solution pour mettre en œuvre le Brexit. Jeremy Corbyn, le chef du Labour, a justifié la fin du dialogue par la décision annoncée jeudi par Theresa May de fixer début juin le calendrier de l'élection d'un nouveau chef du parti conservateur, et donc de son départ du pouvoir. Selon lui, Theresa May "n'est plus en mesure de parvenir à une solution de compromis".

A l'issue d'une rencontre mardi avec Jeremy Corbyn, la Première ministre avait annoncé qu'elle se risquerait à un nouveau vote début juin.

Le Labour défend le maintien dans une union douanière européenne – qui instaure une politique douanière et commerciale commune –, quand Theresa May a toujours affirmé vouloir en sortir, afin de permettre à son pays de conclure librement des accords commerciaux avec des pays tiers.

Vous êtes à nouveau en ligne