Brexit : Theresa May obtient de l'UE des changements "légalement contraignants" à l'accord de divorce

Theresa May et Jean-Claude Juncker au Parlement européen à Strasbourg, le 11 mars 2019. 
Theresa May et Jean-Claude Juncker au Parlement européen à Strasbourg, le 11 mars 2019.  (JEAN-FRANCOIS BADIAS / POOL / AFP)

La Chambre des Communes britannique devra voter mardi sur ce nouvel accord. 

Ces négociations de toute dernière minute auront visiblement été fructueuses. Londres a trouvé un accord avec l'Union européenne sur des "changements légalement contraignants" à l'accord de Brexit, a annoncé le vice-Premier ministre britannique David Lidington lundi 11 mars devant le Parlement. "Ce soir à Strasbourg, la Première ministre (Theresa May) a obtenu des changements légalement contraignants qui renforcent et améliorent l'accord de retrait et la déclaration politique", a-t-il affirmé. 

David Lidington a appelé les députés à voter en faveur de l'accord ainsi "amélioré", lorsqu'il leur sera présenté mardi, affirmant que "ce sera le seul accord sur la table". "C'est cet accord ou le Brexit pourrait ne pas se produire du tout", a déclaré quant à lui me président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Mi-janvier, les élus britanniques avaient massivement rejeté l'accord conclu par Theresa May fin novembre avec Bruxelles.

Deux nouveaux documents 

Soulignant que les discussions se poursuivaient entre Theresa May et les dirigeants européens réunis dans la ville alsacienne où se tient une session plénière du Parlement européen, David Lidington a promis aux députés britanniques la présentation de deux documents. "Le premier confirme que l'UE ne pourra pas piéger le Royaume-Uni dans le filet de sécurité indéfiniment", a précisé le dirigeant britannique, en référence au dispositif qui prévoit le maintien, en dernier recours, du Royaume-Uni dans une union douanière pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord.

En outre, "l'instrument commun reflète l'engagement du Royaume-Uni et de l'UE à travailler au remplacement du filet de sécurité avec des arrangements alternatifs d'ici décembre 2020", a-t-il précisé. 

Vous êtes à nouveau en ligne