Brexit : les députés britanniques votent contre tous les scénarios qu'ils ont proposés

Les députés britanniques ont voté contre tous les scénarios du Brexit qu\'ils ont proposé, le 27 mars 2019, à la chambre des Communes. 
Les députés britanniques ont voté contre tous les scénarios du Brexit qu'ils ont proposé, le 27 mars 2019, à la chambre des Communes.  (HO / AFP)

La Première ministre a, de son côté, annoncé aux députés de son Parti conservateur, qu'elle démissionnerait avant la prochaine étape de négociation sur le Brexit.

Nouvelle journée chaotique au Royaume-Uni. Les députés britanniques ont voté mercredi 27 mars contre les huit options destinées à trouver une solution alternative à l'accord de retrait de l'Union européenne négocié par la Première ministre Theresa May et déjà rejeté à deux reprises par le Parlement. La Première ministre a, de son côté, annoncé aux députés de son Parti conservateur, qu'elle démissionnerait avant la prochaine étape de négociation sur le Brexit, selon un communiqué de ses services.

"Le désir d'une nouvelle approche""Il y a le désir d'une nouvelle approche, d'un nouveau leadership" pour la prochaine phase des négociations du Brexit, qui doit déterminer la future relation du Royaume-Uni avec l'UE, a déclaré Theresa May, selon ce communiqué. "Je n'y ferai pas obstacle", a-t-elle ajouté. "Il faut que cet accord soit approuvé pour réussir le Brexit", a-t-elle déclaré au Comité 1922, une instance du Parti conservateur

Les huit motions rejetées. La Chambre des communes a rejeté, dans la soirée, les huit options qui lui étaient présentées. Parmi ces  options, qu'ils ont eux-mêmes proposés, figuraient une sortie sans accord, une union douanière avec l'Union européenne ou encore une renonciation au Brexit dans le cas où aucun accord n'était approuvé par les députés.

Des votes non contraignants. Ces votes dits "indicatifs" ne sont toutefois pas contraignants pour le gouvernement, et la Première ministre a déjà annoncé qu'elle s'opposerait au choix des députés si celui-ci entrait en contradiction avec les engagements de son parti en faveur d'une sortie du marché unique et de l'union douanière européenne.

23h26 : Cette Une est "désespérée" et "brillante", commentent plusieurs journalistes sur Twitter. Voici comment le Guardian résume la soirée de votes au Parlement britannique ce soir : "Le Parlement a finalement son mot à dire : Non. Non. Non. Non. Non. Non. Non. Non."

23h18 : Même s'il s'agit d'un vote non contraignant, trois ministres britanniques ont tout de même voté pour la révocation de l'article 50 du traité de Lisbonne, ce qui annulerait le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il s'agit d'Alan Duncan, de Mike Freer et de Stephen Hammond, précise une journaliste britannique du Telegraph.

23h11 : Envie de lecture avant de dormir ? Voici trois contenus que nous vous proposons ce soir sur notre site :

Fronde des députés, départs de certains ministres... Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi la Première ministre britannique, Theresa May, est plus isolée que jamais.


La Première ministre Theresa May sort de son domicile au 10 Downing Street, le 25 mars 2019 à Londres (Royaume-Uni). 


(WIKTOR SZYMANOWICZ / NURPHOTO / AFP)


Depuis plusieurs jours, les appels à écarter le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, se multiplient. Nous faisons le point sur la situation politique en Algérie dans cet article.


Des étudiants manifestent à Alger, le 26 mars 2019, contre le maintien au pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika. 

(AFP)

L'air que votre enfant respire lorsqu'il est à l'école à Paris est-il pollué ? Voici une carte interactive montrant le niveau de pollution de l'air pour chaque établissement scolaire dans la capitale.

23h06 : Les députés disent ainsi non, par 400 voix (contre 160 pour) à une sortie de l'UE sans accord. Ils s'opposent également à plusieurs options, telles qu'un maintien dans le marché unique ou une union douanière avec le Royaume-Uni. Le vote sur un second référendum est celui qui affiche le plus de "oui" : 268 députés britanniques ont voté pour, et 295 ont voté contre. Une journaliste de Sky News détaille les huit options mises sur la table ce soir, et les résultats de chaque vote.

22h51 : Nous avons désormais les résultats des votes indicatifs des députés britanniques sur les différentes formes que pourrait prendre le Brexit. Les élus ont rejeté les huit alternatives à l'accord de retrait négocié par Theresa May. Rappelons que ces votes sont non contraignants. "C’est vraiment la Bérézina au Parlement britannique", commente le correspondant de France Télévisions au Royaume-Uni.

22h13 : Pendant ce temps, 25 députés britanniques conservateurs – parmi lesquels Boris Johnson, l'ancien maire de Londres – ont annoncé qu'ils changeaient d'avis ce soir, et qu'ils soutenaient finalement l'accord de retrait de l'UE négocié par Theresa May. Leurs décisions font suite à l'annonce par la Première ministre, plus tôt dans la soirée, de sa démission en cas de vote de l'accord.

22h07 : Le parti unioniste d'Irlande du Nord, le Democratic Unionist Party (DUP), annonce qu'il ne soutiendra pas l'accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, négocié entre Theresa May et l'UE. Pour la cheffe de file du parti, Arlene Foster, cet accord n'assure pas l'intégrité du Royaume-Uni. "L'accord de retrait de l'UE est décidément moribond" avec cette annonce, commente la correspondante de Libération au Royaume-Uni.

20h40 : Vous ne savez pas quoi regarder ce soir à la télévision ? L'émission "Avenue de l'Europe" vous propose une spéciale sur le Brexit, à partir de 23 heures sur France 3.

20h17 : Bonsoir @gaetan, les résultats de ces votes indicatifs du Parlement britannique – qui ne sont pas contraignants – doivent être connus entre 21h30 et 23 heures (heure française) ce soir, selon le Guardian (en anglais). Nous vous tiendrons bien sûr informés de l'issue de ces votes sur la forme que prendra le Brexit.

20h19 : A quelle heure auront lieu les votes de motion au Parlement britannique ? Merci

20h14 : Il est 20h15, faisons un nouveau point sur l'actualité de ce mardi 27 mars :

La ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux et le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi quittent le gouvernement, annonce l'Elysée ce soir.

La Première ministre britannique, Theresa May, a annoncé aux députés de son parti conservateur qu'elle démissionnerait avant la prochaine étape de négociation sur le Brexit, si le Parlement vote son accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Suivez notre direct.


La manifestation envisagée sur les Champs-Elysées samedi, dans le cadre de la 20e journée de mobilisation des "gilets jaunes", va être interdite, a prévenu le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

19h15 : Selon le député britannique conservateur James Cartlidge, cité par un journaliste du Guardian, cette annonce de Theresa May signifie que la Première ministre quittera ses fonctions une fois que l'accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne sera voté.

19h09 : Voici le communiqué complet (en anglais) de la Première ministre britannique Theresa May, présenté par un journaliste politique de la BBC.

19h06 : "Je suis prête à quitter ce poste plus tôt que je l'imaginais pour faire ce qui est bénéfique à notre pays et à notre parti."

Dans un communiqué, Theresa May se dit prête à démissionner de son poste de Première ministre avant la prochaine étape de négociation sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. "Je sais qu'il y a un désir d'une nouvelle approche, d'un nouveau leadership lors de la deuxième phase de négociations sur le Brexit", développe-t-elle. "Je ne ferai pas obstacle à cette volonté."

19h00 : La Première ministre britannique, Theresa May, annonce aux députés de son parti conservateur qu'elle démissionnera avant la prochaine étape de négociation sur le Brexit, selon un communiqué de ses services.

18h07 : Il est 18 heures, l'heure de faire le point sur l'actu.

Philippe Besson ne sera pas consul à Los Angeles. Réputé proche d'Emmanuel Macron, l'écrivain et scénariste avait été nommé fin août 2018. Une décision qui, à l'époque, avait fait polémique.

• #REMANIEMENT Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, va démissionner d'ici demain. Il fait partie des candidats potentiels de La République en marche pour les élections municipales à Paris. Un remaniement ministériel devrait avoir lieu entre vendredi et lundi.

Un bébé de 3 ans et demi, fille d'une jihadiste française condamnée en Irak, a été rapatrié en France aujourd'hui. La mère, Djamila Boutoutaou, a été condamnée à 20 ans de prison en 2018.

Vous ne comprenez rien au Brexit ? La journaliste Marie-Violette Bernard répond à vos questions. Suivez notre direct.

17h22 : Non, @anonyme. Le premier jour de vote pour les élections européennes est fixé au 23 mai. Si le Brexit entre en vigueur à la veille du scrutin, le Royaume-Uni n'aura pas à y participer.

17h26 : Les Britanniques, qui ont fait le choix du Brexit, vont donc voter aux élections européennes, si la date est repoussée au 22 mai ?

17h17 : Le Speaker John Bercow vient d'annoncer à l'instant les amendements retenus, @Anonyme. Huit options seront soumises au vote des députés, comme le précisent plusieurs journalistes. Vous trouverez plus de détails sur ces amendements ici.

17h18 : Connaissons-nous les propositions qui seront votées ce soir par le Parlement britannique concernant le Brexit ? Ont-ils de vraies alternatives à un Hard Brexit / à un nouveau référendum ?

17h17 : Nouvelle parenthèse Brexit car vos questions affluent. Place donc à notre spécialiste Marie-Violette Bernard.

16h52 : @Van25 : Le Speaker de la Chambre des communes, John Bercow, n'a pas encore annoncé la liste des amendements qu'il soumettra au vote ce soir. Elle devrait être connue dans l'après-midi. En attendant, le Guardian (en anglais) a listé les amendements déposés par les différents partis.

17h09 : Journée probablement décisive pour le Brexit... Savons-nous quels points seront soumis au vote en fin de journée ? L'arrêt pur et simple du Brexit ou un second référendum sont-ils à l'ordre du jour ? Merci pour votre réponse et bonne journée !!

16h51 : Bonjour @anonyme. Les résultats des votes indicatifs devraient être connus entre 21h30 et 23 heures en France, indique le Guardian (en anglais).

16h46 : Bonjour, à quelle heure aura-t-on des nouvelles des votes ?

16h42 : Bonjour @Manu.b. John Bercow siégeait auparavant avec les conservateurs, mais il a quitté le parti au moment de devenir Speaker (c'est obligatoire). Le site du Parlement (pdf en anglais) précise que le président de la Chambre est élu par les députés, "après chaque élection générale" ou "lorsque le précédent Speaker démissionne, part à la retraite ou meurt". Enfin, l'Institute for Governement (en anglais) précise que les députés peuvent "critiquer" son comportement en déposant une motion. "Le Speaker serait alors mis sous pression pour démissionner, mais il ne serait pas automatiquement démis de ses fonctions", précise le think tank britannique.

16h51 : Bonjour. De quel bord politique John Bercow vient-il ? Comment sont choisis les présidents de la Chambre des communes et combien de temps dure leur mandat ? Enfin, peuvent-ils être déchus ?

16h42 : J'ouvre une nouvelle parenthèse Brexit et laisse la place à ma collègue Marie-Violette Bernard qui répond à vos questions.

14h58 : Pour l'instant, rien du tout, @Anonyme ! Bruxelles a proposé à Londres de repousser la date du Brexit au 12 avril, offrant deux semaines de répit aux Britanniques. Si Theresa May parvient à faire adopter l'accord d'ici vendredi, le divorce avec l'UE sera même reporté au 22 mai.

15h00 : Que va-t-il se passer après le 29 mars ? C'est dans... 2 jours !

14h51 : Here is the exit date Statutory Instrument - it has two dates and times.


14h49 : Bonjour . Le vote sur la date de sortie du Brexit aura lieu ce soir, à partir de 19h30, indique le Guardian (en anglais). Selon un journaliste de Sky News, le texte comporte deux dates (le 12 avril et le 22 mai), correspondant aux deux options proposées au Royaume-Uni par l'UE.

15h00 : Bonjour, est-ce que les députés britanniques ont voté le report du Brexit au 12 avril ? Merci.

14h47 : En effet, , John Bercow dispose d'un pouvoir important. Selon le think tank britannique Institute for Government, le Speaker suit plusieurs "principes" pour "garantir l'équilibre" des débats. Il met généralement au vote les amendements du principal parti d'opposition et peut aussi en choisir d'autres permettant "aux minorités parlementaires d'exprimer leurs opinions". Selon le Guardian (en anglais), John Bercow a "donné l'impression de souvent privilégier les amendements qui pourraient obtenir le soutien de plusieurs partis".

14h58 : Bonjour. Le pouvoir du président de la hambre des communes, John Bercow, semble exorbitant dans le choix des motions soumises au vote et donc pour l'orientation du débat. A défaut d'une règle constitutionnelle écrite, existe-t-il une pratique habituelle (nombre de MPs qui soutiennent une motion par exemple) qui garantisse que des motions contraires à ses opinions soient aussi soumises au vote ?

14h46 : Petite parenthèse Brexit dans ce live. Vous avez des questions, ma collègue Marie-Violette Bernard vous répond.

14h29 : Il est 14 heures (bon un peu plus en fait, vous l'avez remarqué) et c'est l'heure du point sur l'actu.


• Abdelaziz Bouteflika lâché par ses soutiens. Le parti RND, principal allié du président algérien, réclame sa démission. Cette annonce intervient au lendemain de la déclaration du chef d'état-major de l'armée, qui a demandé au Conseil constitutionnel de déclarer Bouteflika inapte pour la fonction.


Une rumeur de kidnapping d'enfants lancée sur les réseaux sociaux a déclenché un déchaînement de haine sur un camp de Roms, lundi en Seine-Saint-Denis. Franceinfo résume ce que l'on sait de cette affaire, alors que le porte-parole du gouvernement a qualifié de "dérives inacceptables" les violences.


Les députés britanniques se saisissent exceptionnellement de l'agenda du Brexit : ils se prononcent sur une série d'alternatives à l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May. En attendant les débats, franceinfo répond à vos questions sur ces derniers développements.


Le projet de loi sur la fonction publique franchit une étape décisive avec sa présentation en Conseil des ministres, jour choisi pour des rassemblements partout en France contre une réforme rejetée par l'ensemble des syndicats de fonctionnaires. Franceinfo vous résume cette réforme.

14h20 : Bonjour @Nadège. Selon la Cour européenne de justice, le Royaume-Uni peut décider unilatéralement de révoquer l'article 50 (qui active le Brexit). "Une telle révocation, décidée dans le respect de ses propres règles constitutionnelles, aurait pour effet que le Royaume-Uni resterait dans l'Union dans des termes inchangés quant à son statut d'Etat membre", précise la CJUE.

14h20 : Pour l'UE, que se passerait-il sur le RU décidait finalement de ne pas tenir compte du vote de 2016 ? Est-on contraint de les réintégrer ? Et avec quel statut : celui d'avant le vote ? ou un statut "renégocié" et renouvelé ?, et fatalement moins avantageux sur ce qui précédait ?

13h41 : Bonjour . Avec plus de 5,8 millions de signatures, la pétition demandant l'annulation du Brexit a largement dépassé les seuils nécessaires pour être étudiée par le gouvernement et le Parlement britanniques. Le ministère en charge du Brexit a donc publié hier sa réponse officielle. Downing Street reste opposé à la révocation de l'article 50 et "honorera le résultat du référendum de 2016". La pétition sera par ailleurs débattue lundi à la Chambre des communes, précise le Guardian (en anglais).

13h41 : Les personnes ayant signé la pétition pour la révocation de l’article 50 pour annuler le Brexit, ont reçu un mail aujourd’hui pour leurs dire que la Grande Bretagne n’annulerait pas le Brexit...

13h47 : "Ce n'est pas Bruxelles qui a décidé que le Royaume-Uni quitterait l'UE. Vous avez fait ce choix, vous devez prendre vos responsabilités et assumer les conséquences. Personne d'autre que vous [ne doit le faire]."

Si les eurodéputés pro-Brexit et les responsables européens étaient tout sourire en arrivant au Parlement ce matin, les échanges entre les deux camps restent tendus... Selon l'attaché de presse du négociateur de l'UE, Michel Barnier a lancé une pique à Nigel Farage durant les débats sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

12h07 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité à la mi-journée :



Abdelaziz Bouteflika lâché par ses soutiens. Le parti RND, principal allié du président algérien, réclame sa démission. Cette annonce, intervient au lendemain de la déclaration du chef d'état-major de l'armée, qui a demandé au Conseil constitutionnel de déclarer Bouteflika inapte pour la fonction.


Une rumeur de kidnapping d'enfants lancée sur les réseaux sociaux a déclenché un déchaînement de haine sur un camp de Roms lundi en Seine-Saint-Denis. Franceinfo résume ce que l'on sait de cette affaire, alors que le porte-parole du gouvernement a qualifié de "dérives inacceptables" les violences.


Les députés britanniques se saisissent exceptionnellement de l'agenda du Brexit : ils se prononcent sur une série d'alternatives à l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May. En attendant les débats, franceinfo répond à vos questions sur ces derniers développements.


Le projet de loi sur la fonction publique franchit une étape décisive avec sa présentation en Conseil des ministres, jour choisi pour des rassemblements partout en France contre une réforme rejetée par l'ensemble des syndicats de fonctionnaires.

11h27 : @Anonyme : En début de semaine, la Première ministre britannique a indiqué qu'elle ne soumettrait l'accord au vote que s'il est sûr d'être adopté. Les votes indicatifs de ce soir pourraient permettre d'y voir plus clair. Si Theresa May décide de ne pas mettre le texte au vote une 3e fois, elle n'aura plus que deux semaines pour trouver un "plan B"... ou se préparer au "no deal".

11h26 : Que se passera-t-il si Theresa May ne remet pas l'accord au vote ?

Vous êtes à nouveau en ligne