Brexit : Londres veut revenir sur l'accès automatique aux zones de pêche britanniques

Le gouvernement britannique présentera jeudi au Parlement un projet de loi destiné à mettre fin, à l'issue de la période de transition post-Brexit, soit après le 31 décembre, à l'accès automatique dont disposent les bateaux des pays de l'Union européenne aux eaux poissonneuses du Royaume-Uni. 

Les pêcheurs britanniques attendent le Brexit avec impatience. Ils estiment avoir été lésés par la politique des quotas et saluent la décision de Londres de revenir sur l'accès automatique aux eaux poissonneuses britanniques. Pour les pêcheurs de North Shields, il était grand temps que le Royaume-Uni reprenne le contrôle de ses eaux. "Notre propre flotte doit évidemment passer en premier. Quand nous quitterons l'UE, il faudra que nous ayons une vision plus large, pour obtenir une meilleure pêche durable pour notre pays", abonde l'un d'eux.

Enjeu des négociations

Les pêcheurs britanniques dénoncent les quotas de pêche qui donnent accès à leur zone à leurs homologues européens. Ces derniers pêchent six fois plus de poisson dans les eaux britanniques que les ressortissants du Royaume-Uni dans les eaux de l'Union européenne. Pour autant, à North Shields, près de 90% des prises sont destinées à l'export, notamment vers l'UE. La pêche reste un enjeu majeur dans les nouvelles négociations avec l'Union européenne. Le projet de loi sur l'accès aux zones de pêche est présenté au Parlement britannique mercredi 29 janvier. Le Royaume-Uni quittera officiellement l'Union européenne vendredi à minuit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne