Brexit : la très intrigante broche-araignée de la présidente de la Cour suprême affole la Toile

Lady Brenda Hale, le 24 septembre 2019.
Lady Brenda Hale, le 24 septembre 2019. (AFP)

Alors qu’elle inflige un revers à Boris Johnson en livrant mardi un réquisitoire sans concession contre l'ajournement du Parlement, Lady Brenda Hale, la présidente de la Cour suprême britannique, choisit un bijou qui devient viral.

À chaque nouvel épisode du Brexit, un nouveau personnage apparaît sur l'écran. Cette fois, c'est une petite femme de 74 ans, Lady Hale. D'un ton calme, mais ferme, la présidente de la Cour suprême inflige une claque à Boris Johnson et devient l'incarnation de la démocratie britannique. Après plusieurs jours de discussion, Lady Hale annonce que la décision du Premier ministre de suspendre le Parlement britannique est illégale. Sur son épaule droite, l'énorme broche argentée en forme d'araignée devient vite virale.

A-t-elle voulu faire passer un message ?

Lady Hale a-t-elle voulu faire passer un message avec ce bijou ? Les médias britanniques s’interrogent : "Dites-le avec une broche : quel message était envoyé par l'araignée de Lady Hale ?", lit-on le 24 septembre dans le Guardian.  "Faut-il y voir une déclaration codée ?", s’interroge de son côté The Independant. "Lady Hale crée une toile d’intrigue", évoquent leurs confrères du Times. 

Pour certains, elle est une allusion à l’écrivain Walter Scott qui écrit en 1808 dans Marmion : "Quelle toile emmêlée nous tissons. Lorsque nous entreprenons de tromper." La président de la Cour suprême est une habituée de la broche animalière, elle en a toute une collection : libellule, chenille, grenouille... Elle ne pose jamais sans.

Première femme devenue "lord"

Contrairement aux grands magistrats britanniques, Lady Hale n’est pas issue des établissements privés les plus élitistes du pays. Elle a étudié dans des écoles privées avant de réussir à intégrer l’université de Cambridge. Jusqu'à présent très discrète, Lady Hale a pourtant marqué l'histoire du Royaume-Uni. Elle plaide notamment la cause de femmes et sa lutte est récompensée : Lady Hale devient en 2004 la première femme lord, en 2013 elle est nommée vice-présidente de la Cour suprême et quatre ans plus tard, en devient la présidente. En début d’année prochaine, Lady Hale atteindra l’âge limite, 75 ans, et devra partir à la retraite. Qui sait, pour son dernier jour, choisira-t-elle peut-être un bijou symbolisant sa nouvelle vie ?

Vous êtes à nouveau en ligne