Brexit : "C'est comme un somnifère, on va pouvoir se rendormir mais dans 6 mois, on sera toujours au même point" redoute le Medef

Bernard Spitz, le président de la commission Europe et international du syndicat des patrons, regrette que le report du Brexit prolonge la période d'incertitude.

Le report du Brexit n'est "pas une bonne nouvelle", a jugé jeudi 11 avril Bernard Spitz, président de la commission Europe et international du Medef, sur franceinfo. "Ça peut être un instant de soulagement pour tous ceux qui ne se sentaient pas prêts et on sait qu'ils étaient nombreux. C'est un peu comme un somnifère, on va pouvoir se rendormir, mais dans six mois, on sera toujours au même point", a-t-il mis en garde.

Les dirigeants européens et Theresa May sont tombés d'accord dans la nuit de mercredi à jeudi pour un report du Brexit pouvant aller jusqu'au 31 octobre, écartant provisoirement le spectre d'un "no deal".

Qu'est-ce qui va se passer le 31 octobre si on n'est pas plus avancés ? Ce sera Halloween ! C'est la fête des enfants, on distribue des bonbons et puis par ailleurs c'est une série de films d’horreur, c'est un peu au milieu de tout ça qu'on se retrouve

Bernard Spitz

à franceinfo

"On va se retrouver dans une situation où le capharnaüm est complet, redoute Bernard Spitz. Les entreprises ne veulent pas l'incertitude. Or là, qu'est-ce qu'on a fait ? On est repartis dans l'incertitude. Le rapport de forces s'est inversé hier (…) Jusqu'à présent les Anglais étaient sous pression, maintenant c'est l'Europe qui est sous pression : ce sont les Britanniques qui ont la maîtrise du calendrier."

"Entretenir l'incertitude, jouer sur l'ambiguïté, ce n'est pas une bonne nouvelle" pour les 30 000 entreprises françaises qui exportent au Royaume-Uni, s'est inquiété le président de la commission Europe et international au Medef.

Vous êtes à nouveau en ligne