Après le nouveau report du Brexit, les députés britanniques approuvent la tenue d'élections législatives anticipées le 12 décembre

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors du débat sur la tenue d\'élections anticipées, à la Chambre des communes, le 29 octobre 2019.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors du débat sur la tenue d'élections anticipées, à la Chambre des communes, le 29 octobre 2019. (HANDOUT / REUTERS)

Ce scrutin anticipé, voulu pour Boris Johnson, avait été refusé à plusieurs reprises par les députés, avant que le parti travailliste se range en faveur de cette option. L'élection aura lieu avant le Brexit, désormais prévu le 31 janvier.

Le sort du Brexit se décidera peut-être dans les urnes. La Chambre des communes britannique a voté, mardi 29 octobre, en faveur de la tenue d'élections législatives anticipées le 12 décembre, comme le souhaitait Boris Johnson. Le texte convoquant le scrutin a recueilli 438 voix pour, et 20 contre, alors qu'une majorité de 418 députés était nécessaire. Ce vote intervient au lendemain de l'accord des 27 autres Etats membres de l'UE pour reporter la date de la sortie du Royaume-Uni au 31 janvier au plus tard.

Pour que ces élections soient organisées, elles doivent désormais être votées par la Chambre des lords, mercredi, mais à moins d'une grosse surprise, celle-ci devrait suivre l'avis des députés. Le parlement serait alors dissous le 6 novembre.

Une option déjà rejetée trois fois

Jusqu'ici, les députés britanniques avaient rejeté par trois fois des textes portés par Boris Johnson et proposant l'organisation d'élections anticipées, dont la dernière fois lundi.

Mais, mardi, le leader de l'opposition travailliste, Jeremy Corbyn, jusque là réticent, a fini par soutenir l'organisation de ces élections, malgré la colère d'une partie de ses troupes. "Notre condition d'exclure une sortie sans accord est désormais remplie", a-t-il justifié. Il souhaitait en revanche sur le scrutin ait lieu trois jours plus tôt, le 9 décembre, une option rejetée par les députés mardi.

Un espoir pour les partisans du Brexit

Boris Johnson espère que ces élections lui permettront de consolider sa position de Premier ministre et la majorité du parti conservateur, et ainsi de faire adopter son projet d'accord avec l'Union européenne sur le Brexit, qui s'est pour l'instant toujours heurté à l'opposition des députés.

Un peu avant le vote, mardi, il a décidé de réintégrer 10 des 21 députés rebelles qu'il avait exclus du parti pour avoir voté contre le gouvernement.

Ces élections seraient les troisièmes en quatre ans. En 2017, Theresa May avait déjà convoqué des élections anticipées, mais ce pari s'était retourné contre elle : elle avait perdu sa majorité, l'empêchant de faire ratifier son propre projet d'accord sur le Brexit.

Vous êtes à nouveau en ligne