La crise des migrants s'invite au sommet franco-britannique

(David Cameron et François Hollande à l'Elysée en février © Michel Euler/SIPA)

François Hollande et David Cameron se retrouvent ce jeudi à Amiens pour le 34e sommet franco-britannique. Une rencontre qui devrait être marquée par la crise des migrants à Calais.

Le président français et le Premier ministre britannique vont d'abord se retrouver au cimetière militaire de Pozières, à l'occasion du centenaire de la Bataille de la Somme. Mais c'est bien la question migratoire qui devrait occuper François Hollande et David Cameron ce jeudi à Amiens, pour le 34e sommet franco-britannique. 

La crise migratoire au centre des discussions 

Le 20 septembre 2014, Paris et Londres se mettaient d'accord sur la création d'un fonds destiné à gérer en commun l'afflux de migrants à Calais. A cette occasion, les Britanniques se sont engagés à verser à la France 5 millions d'euros par an jusqu'à la fin 2017. Des sommes qui servent à sécuriser l'accès au tunnel sous la Manche, les périmètres des ports de Calais et de Dunkerque et à financer la création de centres d'accueil et d'orientation pour les migrants. 

Amnesty international, qui mène le combat, à Calais en faveur des regroupements familiaux s'inquiète du manque de bonne volonté du Premier ministre britannique.

"Côté réunification familiale, nous n'avons aucun signaux positifs côté britannique." (Jean-Francois Dubost, membre d'Amnesty International)
--'--
--'--

Prolonger l'aide financière britannique

Ce jeudi, la question d'une rallonge de Londres sera clairement évoquée entre François Hollande et David Cameron. Officiellement, c'est l'entente cordiale de part et d'autre de la Manche. L'Elysée souligne qu'en deux ans le nombre de filières de passeurs démantelées a été multiplié par deux grâce aux renforts de la police britannique. 

La France compte également aborder la question des regroupements familiaux, des mineurs et des personnes vulnérables qui ont de la famille en Grande-Bretagne. 

A LIRE AUSSI ►►►Calais : le démantèlement continue dans le calme

Vous êtes à nouveau en ligne