La Commission européenne a proposé le rétablissement temporaire de contrôles aux frontières au sein de l'espace Schengen

Les mesures annoncées sont autorisées de façon temporaire et dans des circonstances exceptionnelles.
Les mesures annoncées sont autorisées de façon temporaire et dans des circonstances exceptionnelles. (AFP)

"Nous nous félicitons de l'effort ainsi engagé par la Commission pour proposer sans délai des réponses aux pressions qui s'exercent aux frontières extérieures communes de l'Union européenne", a indiqué mercredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

"Nous nous félicitons de l'effort ainsi engagé par la Commission pour proposer sans délai des réponses aux pressions qui s'exercent aux frontières extérieures communes de l'Union européenne", a indiqué mercredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

"Sur plusieurs points, elle répond aux préoccupations de la France et aux propositions avancées par le président de la République et Silvio Berlusconi le 26 avril dernier à Rome", a-t-il ajouté.

Deux cas de figure
Le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières nationales pourra être autorisé en cas de "défaillance" d'un Etat dont les confins sont les frontières extérieures de l'Union européenne, a annoncé la commissaire européenne chargée des questions d'immigration Cecilia Malmström.

Les contrôles aux frontières nationales pourront également être réinstaurés lorsqu' une partie de la frontière extérieure de l'Union européenne est soumise à une pression migratoire extraordinaire.

Cecilia Malmström a insisté sur le caractère temporaire de cette mesure autorisée dans des circonstances exceptionnelles.

Les deux cas de figure envisagés par la Commission étaient réclamés par la France et sont directement inspirés par la défaillance de la Grèce dans le contrôle d'une partie de sa frontière avec la Turquie et par la décision des autorités italiennes de régulariser quelque 25.000 migrants tunisiens arrivés sur son territoire avec la volonté affichée de se rendre en France.

Les propositions de Cécilia Malmström seront discutées lors d'une réunion extraordinaire des ministres européens de l'Intérieur le 12 mai à Bruxelles avant d'être finalisées en juin à l'occasion d'un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE.

Vous êtes à nouveau en ligne