La Commission a revu mercredi à la hausse son offre de compensation des cultivateurs touchés par la crise de l'E.coli.

La Commission européenne a relevé de 150 à 210 millions d\'euros l\'aide en faveurs des agriculteurs.
La Commission européenne a relevé de 150 à 210 millions d'euros l'aide en faveurs des agriculteurs. (AFP - Joel Saget)

Outre l'élargissement du plan d'urgence à deux autres produits, courgettes et poivrons, le commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos a annoncé l'augmentation du "niveau de compensation de 30% à 50% du prix de référence".Celui sera calculé sur la période 2008-2010, a-t-il aussi précisé.

Outre l'élargissement du plan d'urgence à deux autres produits, courgettes et poivrons, le commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos a annoncé l'augmentation du "niveau de compensation de 30% à 50% du prix de référence".

Celui sera calculé sur la période 2008-2010, a-t-il aussi précisé.

En marge de cette annonce, les agriculteurs espagnols ont distribué gratuitement mercredi 30 tonnes de fruits et légumes afin de dissiper les craintes provoquées par les accusations venant d'Allemagne selon lesquelles leur production aurait été à l'origine de l'épidémie due à la bactérie E. co.

Le ministre allemand de la Santé a annoncé mercredi que le nombre de nouveaux cas d'infection par la bactérie E. coli était en diminution significative mais a dit s'attendre à d'autres décès.

Les autorités germaniques n'ont toujours pas identifié l'origine de l'épidémie qui a fait 25 morts et plus de 2.400 malades dans 12 pays. La Suisse a ainsi annoncé que cinq cas ont été enregistrés dans la Confédération. Ces cinq personnes malades avaient séjourné en Allemagne avant le début de l'épidémie, selon Berne.

Traçabilité insuffisante des produits agricoles
"Quand on nous a montré du doigt, nous avons rectifié. Nous avons immédiatement identifié les fermes où on disait qu'il y avait un problème avec les concombres", aussi explique M. Lopez.

"Cependant, quand nos produits parviennent à la plateforme de distribution, toute traçabilité disparaît. Cela fait des années que nous demandons à l'UE une meilleure traçabilité", a-t-il ajouté.

Lire aussi

>>

Vous êtes à nouveau en ligne