L'Union européenne a décidé d'ouvrir dès mardi des négociations en vue de l'adhésion de l'Islande

(© Communauté européenne, 2007)

L'île pourrait ainsi devenir le 29e Etat de l'Union après la Croatie, qui doit être le prochain membre à la rejoindre, en 2011 ou début 2012.Il lui faudra toutefois obtenir l'assentiment des 300.000 Islandais, qui seront consultés par référendum.

L'île pourrait ainsi devenir le 29e Etat de l'Union après la Croatie, qui doit être le prochain membre à la rejoindre, en 2011 ou début 2012.

Il lui faudra toutefois obtenir l'assentiment des 300.000 Islandais, qui seront consultés par référendum.

Or les enquêtes montrent qu'une grande majorité d'entre eux refuseraient à présent l'adhésion à l'UE. Les Islandais se montrent de moins en moins enthousiastes à l'idée de faire partie de l'UE: selon un sondage réalisé entre le 8 et le 10 juin 2010, 57,6% des Islandais sont pour un retrait de la candidature à l'UE.

Cette perspective préoccupe aussi les responsables européens. "Je n'ai pas tout à fait l'impression au niveau des sondages que les Islandais soient très favorables. C'est tout le problème", a souligné le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Pierre Lellouche.

Des négociations qui pourraient être ardues

Les négociations comportent 35 chapitres et elles s'annoncent problématiques sur la pêche et l'agriculture. L'Islande veut protéger ses zones de pêche de morue et continue à chasser la baleine, ce que l'UE interdit.

Le problème de la banque Icesave constitue un autre écueil. Londres et La Haye ont pris provisoirement l'indemnisation de leurs citoyens concernés à leur charge mais attendent d'être remboursés par l'Islande.

Feu fert donné à l'ouverture des négociations en juin 2010

L'Islande a obtenu en juin dernier le feu vert à l'ouverture de négociations. Les dirigeants européens ont pris la décision lors d'un sommet à Bruxelles, moins d'un an après que Reykjavik a demandé à adhérer à l'UE.

Un pays déjà a un stade avancé de rapprochement
L'Islande est déjà à un stade avancé de rapprochement avec l'UE et son adhésion devrait pouvoir se faire rapidement et facilement: elle participe au marché commun depuis plus de quinze ans, par le biais de l'Espace économique européen. Elle est aussi membre de l'espace Schengen sans passeport et applique près des trois quarts des lois européennes nécessaires à une adhésion, ce qui devrait accélérer le processus par rapport à d'autres pays candidats.

L'Islande avait déposé en juillet 2009 sa candidature dans l'espoir surtout d'adhérer à la zone euro. Les discussions préalables à l'ouverture des négociations ont été ralenties par un conflit avec les Pays-Bas et le Royaume-Uni au sujet de l'indemnisation de leurs ressortissants victimes de la faillite de la banque islandaise en ligne Icesave. Londres et La Haye ont avancé les sommes et souhaitent être remboursés. En mars, 94% des électeurs islandais ont rejeté une loi d'indemnisation.

Le texte adopté par l'UE mentionne le fait que l'Islande devra remplir les obligations "identifiées par l'autorité de surveillance de l'AELE", l'Association européenne de libre échange, qui a lancé une procédure en infraction contre Reykjavik à propos d'Icesave.