L'UE veut limiter les salaires des patrons des sociétés cotées

La Commission européenne a été encouragée par un référendum suisse début mars qui a plébiscité une initiative limitant les rémunérations \"abusives\" des patrons de sociétés. 
La Commission européenne a été encouragée par un référendum suisse début mars qui a plébiscité une initiative limitant les rémunérations "abusives" des patrons de sociétés.  (TEO LANNIE / PHOTOALTO / GETTY IMAGES )

Bruxelles prévoit de présenter un paquet de mesures en ce sens d'ici la fin de l'année.

L'UE veut s'inspirer du modèle suisse"Pour toutes les entreprises cotées en Bourse dans l'Union européenne, les actionnaires devront décider du niveau des salaires, y compris des parachutes dorés", a déclaré samedi 9 mars, le commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, au Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (FAS) à paraître dimanche.  Les rémunérations devront être plus transparentes, a-t-il également indiqué. 

"Il s'agit de revenir à une économie sociale de marché" a justifié Michel Barnier. "Les entreprises ne doivent pas être des magasins en libre-service pour les dirigeants (...). C'est pourquoi nous devons rendre le pouvoir aux actionnaires dans les sociétés". La Commission européenne a été encouragée par un référendum suisse début mars qui a plébiscité une initiative limitant les rémunérations "abusives" des patrons de sociétés helvétiques cotées et interdisant les parachutes dorés, ces indemnités de départ de patrons qui ont souvent défrayé la chronique. Bruxelles prévoit de présenter un paquet de mesures similaires d'ici la fin de l'année.

Mais il faudra d'abord convaincre les Britanniques. Début mars, un texte visant à plafonner les bonus des banquiers a été reporté, devant le refus isolé de la Grande-Bretagne.