L'ETA confirme que son désarmement total aura lieu samedi

Un tag de l\'organisation séparatiste ETA à San Sebastian (Espagne), le 18 mars 2017.
Un tag de l'organisation séparatiste ETA à San Sebastian (Espagne), le 18 mars 2017. (JAVI JULIO / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'organisation séparatiste basque doit remettre à la justice la liste de ses caches d'armes, samedi, via des "artisans de la paix" issus de la société civile française.

"Le jour du désarmement est demain." L'ETA a confirmé que son désarmement total aurait lieu samedi 8 avril, dans une lettre datée du vendredi 7, publiée jeudi soir par la BBC (en anglais). L'organisation séparatiste basque espagnole doit remettre à la justice la liste de ses caches d'armes à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), via "artisans de la paix" issus de la société civile française.

L'organisation, qui a fait plus de 800 morts en quarante ans de violences au nom de l'indépendance du pays basque et de la Navarre, a renoncé à la lutte armée en octobre 2011. L'ETA refusait toutefois son désarmement et sa dissolution, exigés par Paris et Madrid. Le groupe réclamait au préalable des négociations au sujet de l'emprisonnement d'environ 360 de ses membres.

Des centaines d'armes de poing encore dissimulées

Par ailleurs, le groupe appelle à une manifestation à Bayonne, pour éviter que "les ennemis de la paix" contrecarrent cette initiative. "La seule garantie de succès est que des milliers de personnes se rassemblent en soutien au désarmement", explique l'ETA dans la lettre datée du vendredi 7 avril.

L'organisation assure être déjà "une organisation désarmée" et explique avoir cédé son arsenal à la société civile chargée des modalités "politique et technique" de cette restitution. Euskadi Ta Askatasuna aurait caché environ 130 armes de poing et deux tonnes d'explosif, principalement en France, selon des experts de la lutte antiterroriste.

L'organisation séparatiste avait annoncé en octobre 2011 l'abandon définitif de la lutte armée contre l'Etat espagnol, qui a fait plus de 800 morts en quarante ans.

Vous êtes à nouveau en ligne