L'image du chef de la droite espagnole s'érode

Mariano Rajoy, leader de la droite espagnole, à Madrid, le 15 octobre 2009.
Mariano Rajoy, leader de la droite espagnole, à Madrid, le 15 octobre 2009. (© AFP PHOTO/ DOMINIQUE FAGET)

L'image du leader de la droite espagnole, Mariano Rajoy, s'est nettement détériorée ces dernières semaines

L'image du leader de la droite espagnole, Mariano Rajoy, s'est nettement détériorée ces dernières semainesL'image du leader de la droite espagnole, Mariano Rajoy, s'est nettement détériorée ces dernières semaines

Son parti, le Parti populaire (PP), est secoué par un scandale de corruption et des querelles internes.

Selon un sondage de l'institut Metroscopia publié dimanche par le journal El Pais, 83% des personnes interrogées assurent que Mariano Rajoy ne leur inspire que "peu ou pas de confiance", un chiffre qui atteint 68% parmi les électeurs de son parti.

En outre, 71% des personnes interrogées affirment désapprouver l'action politique du chef de file de l'opposition de droite, contre 69% un mois plus tôt.

Corruption et querelles internes


Un scandale de corruption, baptisé affaire Gürtel, empoisonne le PP depuis plusieurs semaines. L'affaire éclabousse notamment le président de la région de Valence (est), Francisco Camps, allié de poids de M. Rajoy.

Quelque 70 personnes, dont 17 membres du PP soupçonnés d'avoir perçu un total de 5,5 millions d'euros de la part d'entreprises visées dans cette affaire, sont pour le moment mis en examen


Une bataille interne, opposant M. Rajoy, la présidente de la région de Madrid Esperanza Aguirre et le maire de Madrid, Alberto Ruiz-Gallardon, pour choisir le prochain président de la caisse d'épargne Caja Madrid, secoue par ailleurs le parti.

L'écart se réduit entre le PP et les socialistes


Un sondage publié en octobre par El Pais révélait déjà que pour près de trois quarts des Espagnols l'affaire Gürtel allait peser sur les chances de M. Rajoy de remporter de prochaines élections législatives en 2012.

Le sondage publié dimanche, réalisé mercredi et jeudi auprès de 501 personnes, montre que l'écart continue de se réduire entre le PP et le Parti socialiste au pouvoir, pourtant affecté par la crise économique.

Alors que le PP était crédité de plus de trois points d'avance en intentions de vote début octobre, la différence n'est désormais plus que de 0,4 point avec 40,3% de voix pour le PP et 39,9% pour les socialistes de José Luis Rodriguez Zapatero.

Vous êtes à nouveau en ligne