L'ex vice-président de la Banque Centrale Européenne a été désigné par les trois partis.

Lucas Papademos, le nouveau Premier ministre de Grèce.
Lucas Papademos, le nouveau Premier ministre de Grèce. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

L'ex vice-président de la Banque Centrale Européenne Lucas Papademos, 64 ans, a été désigné pour diriger le nouveau gouvernement de coalition grec, à l'issue d'une réunion des chefs de partis.

L'ex vice-président de la Banque Centrale Européenne Lucas Papademos, 64 ans, a été désigné pour diriger le nouveau gouvernement de coalition grec, à l'issue d'une réunion des chefs de partis.

Après la démission du Premier ministre socialiste Georges Papandreou, la Grèce doit désormais composer un gouvernement de coalition. Pour ce faire, le Premier ministre sortant a rencontré jeudi Antonis Samaras de la Nouvelle-Démocratie et Georges Karatzaféris à Athènes afin de trouver un successeur au chef du gouvernement. C'est finalement le favori Lucas Papademos qui l'a emporté. Actuellement ensignant à l'université américaine d'Harvard, le nouveau Premier ministre s'était entretenu au téléphone avec Georges Papandreou mercredi soir.

Le président de la République grecque Carolos Papoulias avait déjà convoqué une réunion entre les responsables des trois partis grecs mercredi soir, afin qu"ils parviennent à désigner le nouveau Premier ministre du pays, après l"échec de leur première rencontre.

La réunion de jeudi était un peu celle de la dernière chance dans ce psychodrame politique qui agite la Grèce depuis plusieurs jours. Ainsi, le leader de droite Antonis Samaras a déclaré jeudi matin qu"il espérait que cette rencontre « soit la dernière. » Mercredi soir, le dirigeant d'extrême droite avait quitté la résidence présidentielle très rapidement en dénonçant le choix du Pasok et de la Nouvelle-Démocratie pour diriger le pays, qui s'était porté sur le président du parlement grec, Philippos Petsalnikos.

L'UE et le FMI pressent pour "une solution claire", afin que le pays mette en place rapidement l'accord européen sur la deuxième aide au pays pour lui éviter une faillite. Une "clarification politique" est nécessaire en Italie et en Grèce, a dit jeudi à Pékin la directrice générale du FMI Christine Lagarde, alors que les bourses dans le monde sont déstabilisées après l'annonce du départ des chefs de gouvernement des deux pays européens.

Vous êtes à nouveau en ligne