L'Eglise catholique allemande met en cause 66 religieux pour abus sexuels

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Des centaines d'abus sexuels auraient été commis sur une période de 10 ans. La conférence épiscopale allemande, qui regroupe les 27 diocèses du pays, a rendu publique jeudi une étude commencée en avril 2011 à la suite de nombreux scandales de pédophilie au sein de l'Église allemande. Les abus concerneraient 275 victimes, dont un quart seraient des enfants et des adolescents.

L'Eglise catholique allemande semble avoir décidé de faire
le ménage et de jouer la transparence sur les questions de pédophilie et d'abus
sexuels.

Les 66 religieux mis en cause ont
été accusés jeudi de 576 abus sexuels entre 2000 et 2010. Des abus commis sur des enfants et des
adultes.

L'étude a mis en avant de nombreux éléments :

La
majorité des 66 religieux n'étaient pas pédophiles au sens médical du
terme Ces
faits concernent 275 victimes, dont trois quart de sexe masculin Près
d'un quart des victimes étaient exclusivement des enfants Les abus
ont eu lieu en majorité entre les années 1960 et 1990 et sont souvent prescrits 88 %
des cas ont été recensés au sein de la paroisse

Une "pierre importante à l'édifice "

L'évêque de Trêves, Stephan Ackerman, chargé de faire la
lumière sur la question,  a salué ces
premiers résultats. Selon lui, il s'agit d'une "pierre importante à l'édifice"
qui permettra de mener des stratégies de prévention ciblés visant à "soutenir
et sécuriser plus efficacement la protection de l'enfance et de la jeunesse"
.

Ces travaux scientifiques ont été lancés après la crise de 2010. Des centaines de personnes avaient à l'époque révélé avoir été victimes d'abus
sexuels lorsqu'elles étaient mineures. Ces révélations concernaient des enfants
et des adolescents dans des institutions appartenant à l'Eglise. Principalement
catholique.

De nombreux fidèles ont depuis tourné le dos à l'Eglise. En
2011, près de 130 000 en sont formellements sortis. Plus de 180 000 avaient fait de
même en 2010.En 2010, l'Eglise avait offert 5.000 euros aux victimes. Celles-ci avaient jugé
cette indemnisation insuffisante.