L'alerte sur le campus universitaire de Zurich a été déclenchée par erreur

Des voitures de police et des ambulances déployées près de la Haute école des Arts de Zurich (Suisse), le 4 décembre 2014.
Des voitures de police et des ambulances déployées près de la Haute école des Arts de Zurich (Suisse), le 4 décembre 2014. (NATHALIE OLOF-ORS / AFP)

Une personne aurait lancé le plan d'urgence en composant sans le vouloir un numéro de téléphone qui avertit les forces de l'ordre de la présence d'un forcené.

Un important dispotif policier a été déployé, jeudi 4 décembre, sur le campus universitaire de Zurich (Suisse). Des rumeurs faisaient état de la présence d'une bombe ou d'une fusillade sur le site de la Haute école des arts mais l'alerte a rapidement été levée.

Si les forces de l'ordre sont venues lourdement armés, c'est parce qu'une personne aurait lancé un plan d'urgence par erreur, rapporte plusieurs médias suisses dont l'édition suisse du quotidien 20 Minutes.

Trois fausses alertes en trois semaines

Un habitant, qui a été identifié, a composé "par erreur un numéro de téléphone mis en place pour avertir les forces de l'ordre de la présence d'un forcené", écrit le journal.

Toutefois, l'enquête sur les circonstances de cette fausse alerte se poursuit. Mais La Tribune de Genève précise que la Haute école des arts de Zurich a d'ores et déjà "décidé de bloquer le numéro de téléphone spécial d'alarme. C'était la troisième fausse alerte dans ce complexe en trois semaines".

Vous êtes à nouveau en ligne