L'agence de notation Moody's a dégradé lundi de trois crans de "Caa1" à "Ca" la note de la dette à long terme du pays

Les dirigeants européens sont arrivés à un accord en fin de semaine dernière pour aider financièrement la Grèce.
Les dirigeants européens sont arrivés à un accord en fin de semaine dernière pour aider financièrement la Grèce. (AFP - Mario Vedder)

L'annonce d'un second plan d'aide de la zone euro et les échanges d'anciennes obligations grecques contre de nouvelles "induisent que les créanciers privés vont essuyer des pertes", écrit l'agence dans un document.Moody's indique aussi qu'elle réexaminera la note du pays une fois l'échange entre le vieux papier grec et le nouveau effectué.

L'annonce d'un second plan d'aide de la zone euro et les échanges d'anciennes obligations grecques contre de nouvelles "induisent que les créanciers privés vont essuyer des pertes", écrit l'agence dans un document.

Moody's indique aussi qu'elle réexaminera la note du pays une fois l'échange entre le vieux papier grec et le nouveau effectué.

Le nouveau plan de sauvetage a certes des avantages pour la Grèce - baisse des coûts liés à sa dette et moindre dépendance aux marchés financiers - "mais l'impact sur la réduction de sa dette est "limité", argue l'agence.

En revanche, il permettra à la zone euro de contenir le risque de contagion qui aurait pu s'enclencher si Athènes n'avait pu honorer ses échéances de remboursement, estime Moody's. L'Irlande et le Portugal, deux autres pays en difficulté, devraient pouvoir emprunter à des taux bas dans l'avenir.

Mais d'après Moody's, pour les créanciers de ces deux pays, rien n'est certain: les points négatifs vont continuer à l'emporter sur les points positifs, ce qui devrait "peser sur leur note", fait savoir l'agence.

Second plan d'aide pour la Grèce

Le nouveau plan de sauvetage prévoit une participation du secteur privé, principalement des banques. Elle se fera via un échange de titres arrivant à échéance jusqu'à 2020 contre le rachat de nouvelles obligations à trente ans.

Les créanciers privés ont différentes options: soit ils refinancent la Grèce avec des titres de maturité plus longue, soit ils maintiennent leur engagement en reprenant des titres de même maturité, ou encore ils échangent leurs titres contre d'autres, à 15 ou 30 ans, en acceptant une décote.

Vous êtes à nouveau en ligne