Il n'y a plus de nuage de cendres au-dessus du volcan islandais Grimsvötn et l'éruption est en train de s'achever

Avion portant le nom du volcan Eyjafjoell (qui avait bloqué le ciel européen en 2010)
Avion portant le nom du volcan Eyjafjoell (qui avait bloqué le ciel européen en 2010) (AFP/JOHAN NILSSON)

"Il y a des signes qui montrent que c'est vraiment en train de se terminer", a annoncé mercredi un responsable de l'institut météorologique islandais.Le nuage de cendres crachées par Grimsvötn a entraîné l'annulation de 450 vols mercredi dans l'espace aérien allemand et avait bloqué mardi des milliers de passagers en Ecosse.

"Il y a des signes qui montrent que c'est vraiment en train de se terminer", a annoncé mercredi un responsable de l'institut météorologique islandais.

Le nuage de cendres crachées par Grimsvötn a entraîné l'annulation de 450 vols mercredi dans l'espace aérien allemand et avait bloqué mardi des milliers de passagers en Ecosse.

Le nuage menace dorénavant l'Europe du Nord, mais une fermeture de grande ampleur de l'espace aérien n'est pas envisagée, avait affirmé mardi la Commission européenne.

Les cendres du volcan Grimsvötn, qui ont atteint la Norvège mardi ainsi qu'une partie de la Grande-Bretagne, menaçaient initialement la France et l'Espagne d'ici à jeudi ou vendredi si l'éruption se maintenait au même rythme.

L'éruption du Grimsvöth, volcan le plus actif d'Islande, a entraîné l'annulation de plus de 1.000 vols à travers le nord de l'Europe mardi et mercredi.

Cette éruption, la plus importante depuis 1873, a été plus forte que celle que celle du volcan qui, au printemps 2010, avait semé le chaos pendant une semaine dans le ciel européen.

Obama avait du quitter l'Irlande plus tôt mardi
Si le nuage de cendres a perturbé certains plans de voyage, y compris l'ordre du jour de la tournée européenne de Barack Obama, qui a dû quitter plus tôt l'Irlande pour Londres, il n'a pas semé un chaos comparable à celui de l'an dernier.

Plus de 10 millions de voyageurs avaient été victimes d'une fermeture pendant six jours de l'espace aérien européen. Les perturbations du printemps 2010 avaient coûté 1,7 milliard de dollars aux compagnies aériennes.

"L'épisode ne devrait plus durer très longtemps. Il ne se passera rien dans le pays (en France) sauf changement de vent", a déclaré à Paris Patrick Gandil, directeur général de
l'aviation civile française, lors d'un point de presse. "En basse altitude il n'y a aucun problème, ni pour aujourd'hui ni pour demain. On ne fermera pas (l'espace aérien)
sur cette éruption-là", a-t-il ajouté.

En Scandinavie, le trafic aérien était pour l'essentiel normal mercredi, après quelques perturbations mardi.

L'opérateur des aéroports norvégiens Avinor prévoyait un trafic normal, y compris pour les navettes d'hélicoptères entre le littoral et les plates-formes pétrolières et gazières. En Suède, l'opérateur Swedavia a fait état de vols annulés au départ de l'aéroport Landvetter de Goteborg.

En Finlande, les vols intérieurs étaient tous assurés, mais deux vols vers le nord de l'Allemagne ou en provenance de cette région ont été supprimés. La compagnie néerlandaise a annoncé l'annulation de 19 vols concernant la Grande-Bretagne, la Norvège , la Suède et l'Allemagne. Tous les autres vols devaient être assurés normalement.

Les transporteurs aériens ont dévissé lundi matin en Bourse, pénalisés par la crainte qu'un nouveau nuage de cendres volcaniques ne provoque des perturbations semblables à celles de l'an dernier.

Les experts ont toutefois estimé qu'il y avait peu de risque que l'éruption du Grimsvötn provoque une paralysie totale du transport aérien en Europe, comme ce fut le cas l'année dernière après l'éruption de l'Eyjafjöll.

En avril 2010 une éruption du volcan islandais Eyjafjöll avait plongé le transport aérien mondial dans le chaos, entraînant la plus grande fermeture d'espace aérien décrétée en Europe en temps de paix, avec plus de 100.000 vols annulés et plus de huit millions de passagers bloqués. Les autorités aéronautiques craignaient en effet que les fines poussières volcaniques n'encrassent les moteurs d'avions et ne les fassent tomber en panne.

Le Grimsvötn est le volcan le plus actif du pays, avec 9 éruptions entre 1922 et 2004.

Vous êtes à nouveau en ligne