Grèce : devant l'afflux de migrants, le maire de Kos appelle à l'aide

(Les policiers anti-émeutes grecs ont tenté de maintenir les migrants dans le stade de football de la ville de Kos, en Grèce © REUTERS/ Yannis Behrakis)

Migrants abandonnés à la faim et à la chaleur matraqués par des policiers en sous effectif, absence de structure d'accueil, touristes ébahis... L''île de Kos est en passe de s'embraser. Le maire de la ville appelle à l'aide pour trouver un "plan durable" et craint que le sang ne soit versé dans les jours qui viennent.

Lundi un policier a été suspendu après avoir giflé un migrant. Mardi, ses collègues ont matraqué et vidé des extincteurs sur une centaine de demandeurs d’asile qui voulaient entrer dans un poste de police pour obtenir les papiers nécessaires à la poursuite de leur voyage.

La police de l'île de Kos est débordée, et ne peut plus faire face à la situation faute de moyen et de personnel. Elle met plusieurs jours à fournir les laisser passer des migrants qui leur permettent de quitter le pays.

A LIRE AUSSI ►►►Immigration : l'île de Kos, une autre porte d'entrée vers l'Europe

Tous les jours, 300 à 400 migrants arrivent sur l’île située à vingt minutes des côtes turques, par familles entières. Elles débarquent aux pieds des transats des touristes.

Le stade de football réquisitionné

Depuis quatre jours, ces tensions se multiplient : les migrants n’en peuvent plus de dormir dehors sans aucune structure d’accueil et d’être contraints à un seul repas par jour. 

Ce mardi le maire de l’île, Giorgos Kiritsis, leur a ouvert le stade de football de la ville où ils ont pu profiter de l’ombre et d’un accès à l’eau en attendant leurs papiers. Mais cette solution est provisoire et l’édile demande de l’aide : il craint que "le sang ne coule ".

A LIRE AUSSI  ►►►Une organisation italienne alerte sur les polytraumatismes des migrants

Deux unités de police anti-émeute arrivent en renfort

Deux unités de police, soit quarante policiers des forces anti-émeutes grecques (MAT), sont arrivées à Kos en réponse à cet appel au secours. La situation serait calmée ce mercredi, mais reste tendue selon le maire.

Depuis janvier dernier, 124.000 migrants sont arrivés en Grèce via la Turquie; soit sept fois plus qu'en 2014.

A LIRE AUSSI ►►►Migrants : 2.4 milliards d'euros débloqués par l'Union européenne

Vous êtes à nouveau en ligne