Grande-Bretagne : un virage à gauche pour les travaillistes ?

France 2

Jeremy Corbyn, qui se dit proche du parti grec Syriza pourrait remporter les élections de son parti.

Jeremy Corbyn a de bonnes chances de devenir samedi le nouveau chef de l'opposition en Grande-Bretagne. Qualifié de Jean Luc Mélenchon à la sauce anglaise, il arbore rarement une cravate tout comme son ami Alexis Tsipras de Syriza et tout au long de la campagne interne de son parti, il a martelé ce credo : "Reconstruire la Grande-Bretagne, l'a reconstruire pour le peuple pas pour les banquiers".
"Les gens veulent que notre mouvement, le parti travailliste les représentent eux et leurs vrais problèmes, le logement, le chômage des jeunes, le fait que tant d'étudiants sortent de l'université déjà surendettés", explique Jeremy Corbyn.

Militants conquis 

Cet ancien activiste pacifiste devenu député annonce la couleur, bien plus rouge que celle des précédents leaders travaillistes : augmentation des minima sociaux, renationalisation, université gratuite et, comble dans le temple de la finance en Europe, dans son programme, il veut plus taxer les grandes fortunes et limiter les salaires les plus élevés. Les militants du parti sont conquis à l'heure ou Londres, l'ultra riche symbolise à tort le pays, la Grande-Bretagne populaire compte prendre sa revanche.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne