Géorgie. Un avion soviétique transformé en crèche

Des enfants jouent dans un avion soviétique converti en crèche, le 29 octobre 2012 à Roustavi (Géorgie).
Des enfants jouent dans un avion soviétique converti en crèche, le 29 octobre 2012 à Roustavi (Géorgie). (VANO SHLAMOV / AFP)

Un vieil appareil soviétique a été converti en jardin d'enfants. Selon le professeur à l'origine du projet, "l'idée était de créer une crèche où les enfants seraient heureux de se rendre".

EUROPE – La France manque de places de crèche ? La solution viendra peut-être de l'Est. En Géorgie, un professeur a installé une crèche dans un vieil avion, où les enfants peuvent jouer les apprentis pilotes. "Parfois, les enfants ont du mal à s'adapter à la crèche, à un nouvel environnement, a expliqué Gari Chapidze, qui gère le jardin d'enfants. Nous avons décidé de les aider en rendant cela amusant."

Ce Yak-42 soviétique a été racheté par le créateur de la crèche à Georgian Airways.
Ce Yak-42 soviétique a été racheté par le créateur de la crèche à Georgian Airways. (VANO SHLAMOV / AFP)

Gari Chapidze a acheté à la compagnie Georgian Airways un vieux Yak-42 de l'époque soviétique, encore en état de fonctionner. Dans la ville de Roustavi, dans le sud-est de la Géorgie, il a transformé l'intérieur de l'appareil en crèche, en ajoutant des équipements, des jeux et des jouets mais en laissant intact le cockpit, pour la plus grande joie des enfants.

"Les enfants pleurent quand ils rentrent à la maison"

Il y a environ 1 500 boutons dans le cockpit, avec lesquels peuvent jouer les quinze enfants de la crèche. "Les enfants viennent avec plaisir à la crèche et pleurent quand ils doivent rentrer à la maison. Ils sont heureux ici", conclut Gari Chapidze.

Un enfant joue dans le cockpit de l\'avion, le 29 octobre 2012 à Roustavi (Géorgie).
Un enfant joue dans le cockpit de l'avion, le 29 octobre 2012 à Roustavi (Géorgie). (VANO SHLAMOV / AFP)

Les parents doivent payer environ 70 euros par mois et par enfant pour intégrer cette crèche privée, soit plus du double que dans une crèche publique de cette ancienne république soviétique.